Menu Fermer

Critique du Voigtlander 29mm f/0.8 Super-Nokton : L’objectif le plus rapide du monde

Dans cet article et dans cette vidéo de 15 minutes, je vais passer en revue les éléments suivants Voigtlander 29 mm Super Nokton Objectif Micro Four Thirds.

Comme tous les autres objectifs Voigtlander de la gamme Micro Four Thirds, il est doté d’un boîtier métallique solide, d’une mise au point manuelle et d’aucun point de contact électronique. Il est doté de 12 lamelles d’ouverture et de la bague d’ouverture déclicable caractéristique pour des transitions fluides. La distance minimale de mise au point est de 0,37 mètre (1,2ft), ce qui n’est pas à la hauteur des gros plans presque macro de son frère.

Il pèse 703 grammes, ce qui le place du côté lourd, mais pas intolérable, du spectre. Oh, et au fait, il a un diaphragme de 0,8, ce qui fait de lui l’objectif de production le plus rapide… du monde.

Ok, donc, tout d’abord. Il y a quelques changements que je veux souligner. Le premier changement, et le plus remarquable, est que l’anneau d’ouverture est moleté sur tout son pourtour, ce qui lui donne un aspect plus moderne et plus net que l’aspect classique de ses frères et sœurs.

Il porte également le numéro 29 sur le barillet, ce qui est une touche agréable. La bague du filtre est également une première à 62 mm. Et puis, bien sûr, il y a le diaphragme de 0,8.

Ce n’est pas du vent. C’est vraiment l’objectif de production le plus rapide au monde. Mais ce n’est pas la seule couronne que porte cet objectif. Pour autant que je sache, c’est l’un des objectifs les plus chers, si ce n’est l’objectif le plus cher que Voigtlander ait jamais produit pour le grand public, avec un prix de 1 800 $.

Alors, que fait réellement f/0.8 pour vous ? S’agit-il d’un outil légitime ou juste d’une astuce de fête ? Un moyen de se vanter, peut-être ? La première idée que j’ai eue a été de me demander si l’ouverture f/0,8 justifiait vraiment son prix de 1 800 dollars, mais après l’avoir dit à voix haute, je me suis dit que c’était un peu idiot. Parce que la vraie question devrait être : « Pourquoi l’objectif de production le plus rapide du monde est-il si bon marché ? »

Pour le tester, je l’ai emmené dans un petit studio au nord d’Austin où j’ai organisé une séance photo. Je voulais faire une séance qui me permettrait de vraiment mettre cet objectif à l’épreuve. Un objectif qui me permettrait de photographier à f/0.8 et f/8. J’ai donc décidé d’essayer l’une de mes époques de photographie préférées : les portraits hollywoodiens de l’ère dorée des années 1950.

Poids et structure

L’objectif est vraiment une merveille d’ingénierie et il est toujours aussi bien construit avec cette construction en métal et verre seulement, mais contrairement au reste des objectifs Voigtlander, la bague de mise au point de mon objectif semblait un peu rigide. Elle est toujours facile à tourner, mais moins fluide que ce à quoi je m’attendais.

Le poids semble être bien réparti lorsqu’il n’est pas sur l’appareil, mais lorsqu’il est sur l’appareil, il est un peu lourd à l’avant. Cependant, comme pour le Voigtlander 60 mm, on ne le remarque pas vraiment sur le moment et cela n’a jamais été une gêne.

Bokeh et Flaring

Cela va donc être difficile car le style que j’ai choisi de photographier ne présente pas vraiment de bokeh, car j’ai utilisé principalement des arrière-plans solides. De plus, en raison de la configuration du studio, il n’y a presque pas de flaring. Je vais donc plutôt parler du roll-off. Et cet objectif présente le meilleur roll-off que j’ai jamais rencontré sur un objectif, sans parler d’un objectif M4/3. Il y a quelque chose d’incroyablement plaisant dans le fait qu’en tirant à grande ouverture, il n’y a pas de chute brutale ou rapide. C’est naturel, élégant, mais précis. Cela m’amène à…

Netteté

J’aimerais vraiment pouvoir expliquer en détail comment cet objectif a été construit. Ou que je puisse vous dire qu’il a augmenté la netteté de tant de points de pourcentage, mais la vérité honnête est que je ne suis pas un ingénieur en lentilles. Je n’ai aucune idée de la façon dont ils ont réussi à rendre cet objectif aussi net qu’il l’est à grande ouverture. Les deux éléments achromatiques font vraiment le plus gros du travail en montrant une aberration chromatique presque nulle, même à f/0.8, même à 200%.

J’ai montré ces photos à quelques collègues cinéastes et photographes et ils ont été accueillis à bras ouverts. Il est vraiment remarquable de voir à quel point cet objectif est net, et il dépasse de loin les objectifs f/0.95 en termes de netteté et de contrôle. Je ne m’attendais vraiment pas à cela, car tout ce que j’ai pu voir tourné avec des objectifs ultra-rapides était un énorme désordre flou et ce n’est certainement pas le cas ici.

Comparaison de 25 mm

Je serai le premier à admettre que je n’ai pas compris pourquoi Voigtlander sortait un 29 mm alors qu’il y avait déjà un 25 mm, mais je serai aussi le premier à admettre que malgré la distance focale relativement proche, cet objectif s’est vraiment frayé un chemin à travers le reste du groupe pour prouver sa valeur et s’attaquer à ce type de tournage où l’on émule la profondeur de champ des anciennes diapositives 8×10 couramment utilisées dans les portraits hollywoodiens, je pense honnêtement qu’il n’y a pas d’autre objectif capable de produire quelque chose d’à peu près exact.

J’aime vraiment cet objectif et honnêtement, je ne pensais pas que j’allais l’aimer. Même en connaissant la qualité que Voigtlander produit, il a quand même réussi à me surprendre. Rien que cela me donne envie de continuer à soutenir l’innovation constante de Voigtlander et son exploration de ce qui est possible avec la monture M4/3.

Pour moi, cet objectif est un rappel très personnel qu’à l’intérieur de chacun de nous, il y a un vaste univers créatif et que nous avons de nombreuses façons de l’explorer. Le Voigtlander 29 mm n’ouvre peut-être pas le cosmos, mais c’est un petit pas vers un avenir plus radieux.

P.S. Si vous avez apprécié cet article et cette vidéo, abonnez-vous à ma chaîne YouTube pour plus de contenu comme celui-ci.

A propos de l’auteur : Aaron Arizpe est un photographe, réalisateur, monteur et directeur de la photographie basé à Austin, au Texas. Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur. Vous pouvez trouver d’autres travaux d’Arizpe sur son site internet, Chaîne YouTubeet Instagram.

Cet article a été rédigé par Aaron Arizpe et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.