Menu Fermer

Un examen à long terme de l’appareil photo de l’iPhone 12

J’utilise mon téléphone comme la plupart des gens. Je fais défiler mes flux de médias sociaux, je commande sur des applications de livraison hors de prix, et je passe même un appel téléphonique de temps en temps. Mais en 2021, il n’y a qu’une seule caractéristique qui décide du montant que je vais dépenser pour un téléphone : l’appareil photo.

Je prends des photos. Parfois, je le fais à titre professionnel, mais la plupart du temps, je le fais parce que j’aime absolument la photographie. J’ai utilisé (et a même examiné) beaucoup d’appareils photo. Je me suis dit : pourquoi ne pas évaluer l’iPhone 12… uniquement comme un appareil photo ?

L’iPhone 12 a été lancé il y a quatre mois et demi, sous une avalanche de critiques. Lorsque vous n’avez qu’une semaine avec une unité de revue, même avec les meilleurs benchmarks de photographie synthétique, vous vous retrouvez avec une première impression. Les appareils photo intelligents nécessitent des essais en conditions réelles pour comprendre leurs forces et leurs faiblesses.

Au cours des quatre derniers mois, j’ai emmené mon iPhone dans les déserts et la neige, je l’ai monté sur des motos, j’ai fait des randonnées dans la nature et je suis allé nager avec. J’en suis ressorti avec de nombreuses photos et des découvertes intéressantes, et je suis ravi de vous présenter un examen en conditions réelles de la gamme iPhone 12.

iPhone 12

L’automne 2020 a vu quatre nouveaux iPhones avec des différences de taille, de caractéristiques et de finition :

J’ai le privilège de travailler sur une application caméraNous sommes obligés d’acquérir toutes les variantes de chaque modèle d’iPhone chaque année. Cette revue se concentrera sur les deux extrêmes : l’iPhone 12 Pro Max et son petit cousin, l’iPhone 12 mini.

Il est facile de commettre l’erreur d’évaluer et de comparer un iPhone en fonction de ses améliorations d’une année sur l’autre. La plupart des gens ne mettent pas leur téléphone à niveau chaque année. De même, il n’est pas bon de comparer un iPhone à un appareil photo numérique professionnel plein cadre.

Une compétition acharnée ? Peut-être.

Un appareil photo à capteur plein cadre de plus de 40 mégapixels l’emportera sur un iPhone en termes de qualité d’image matérielle. Ce n’est que de la physique. Ce pour quoi les appareils photo de nos téléphones se battent, cependant, c’est une équation totale où la qualité suffisante rencontre la facilité d’utilisation, la flexibilité et la portabilité.

Si je pars en voyage une fois dans ma vie, j’emporterai un gros appareil photo. Si je me marie, j’engagerai un photographe professionnel avec un gros appareil. Mais qu’en est-il des vacances d’une semaine ? Regarder ses enfants grandir ? Pratiquer la photographie et observer les flux et reflux de la vie quotidienne ? J’ai tendance à moins transporter d’appareils photo et à prendre davantage de photos avec mon iPhone.

C’est une chose difficile.

Presque tous les rafraîchissements d’appareils photo modernes sont en partie évolutifs et en partie révolutionnaires. Le matériel a tendance à évoluer, avec des améliorations progressives des capteurs et des objectifs. En l’absence d’une percée surprenante dans le matériel, les entreprises se concentrent sur un logiciel révolutionnaire pour tirer le meilleur parti de la lumière recueillie par les capteurs.

Nous a plongé dans les changements de matériel lorsque l’iPhone 12 a été lancé, mais cela vaut la peine de faire un bref rappel.

La caméra de base de l’iPhone 12 est véritablement une légère évolution. La caméra principale (que nous appellerons « large ») a une ouverture légèrement plus grande, passant de f1.8 à f1.6. Cela représente 27 % de lumière en plus par rapport à la génération précédente. Dans le même temps, le téléphone de taille Max a connu une évolution plus importante (pour ainsi dire) avec un capteur 47 % plus grand. Apple a choisi de ne pas ajouter de mégapixels sur ce capteur plus grand, mais d’y intégrer des sites photo plus grands, ce qui permet de mieux photographier en basse lumière. Apple revendique une amélioration de 87 % de la collecte de la lumière, et cela en a tout l’air.

Cette caméra grand angle plus grande comprend un système de stabilisation basé sur le déplacement du capteur. Alors que les autres iPhones déplacent l’objectif pour stabiliser la prise de vue, le 12 Pro Max déplace l’ensemble du capteur pour une meilleure stabilisation. C’est comme le plus petit cardan du monde.

L’iPhone 12 Pro Max a également reçu un téléobjectif équivalent à 65 mm, le plus long objectif jamais mis dans un iPhone. Cela permet de prendre des photos plus nettes de sujets éloignés, mais c’est une amélioration subtile par rapport aux 52 mm de l’année dernière. Les modèles « Pro » précédents allaient de 26 mm à 52 mm – ce que vous connaissez peut-être comme 1x à 2x – et les 26 mm à 65 mm du 12 Pro Max équivalent à 1x à 2,5x.

La présence d’une sorte de téléobjectif est la différence la plus évidente entre les iPhones Pro et Non-Pro. Si vous avez un iPhone d’ancienne génération avec un téléobjectif, et que vous êtes tenté de passer à un iPhone 12 Mini pour l’ergonomie, David Smith a un bon contrôle pour savoir si vous allez le rater. Créez un album intelligent dans votre application Photos, et recherchez rapidement les images prises au téléobjectif.

J’essaie le XR, mais je suis curieux de savoir si le téléobjectif va vraiment me manquer.

J’ai réalisé que je pouvais vérifier en utilisant un album intelligent dans Photos sur le Mac. Pour moi, le téléobjectif n’a été utilisé que dans 16% des photos de mon iPhone X. pic.twitter.com/N3YRjp4cFL

– David Smith (@_DavidSmith) 29 octobre 2018

Il s’avère qu’environ la moitié de mes photos sur l’iPhone 12 Pro et Pro Max sont prises avec cet objectif plus long.

Je pense que c’est le téléobjectif – et non le capteur plus grand, l’ouverture plus rapide ou même le ProRAW – qui fait de l’iPhone 12 Pro Max le téléphone du photographe. Vous êtes obligé d’être créatif, de choisir ce qui se trouve dans la photo. Vous pouvez faire en sorte qu’un arrière-plan prenne de l’ampleur, capturer des portraits flatteurs et prendre de la distance avec vos sujets. Le téléobjectif de l’iPhone 12 Pro Max est maintenant doté d’un capteur qui a un très bon rendement et prend même en charge ProRAW.

La mise au point manuelle avec le téléobjectif rend la chose encore plus amusante, avec son magnifique bokeh « naturel ». Il y en a encore plus maintenant avec l’ouverture légèrement plus grande. (Vous avez besoin d’une application comme Halogénure pour utiliser la mise au point manuelle)

Lac Tahoe au coucher du soleil avec l’iPhone 12 Pro Max, grand angle et téléobjectif.

Malheureusement, le téléobjectif reste le seul appareil photo de votre iPhone qui ne prend pas en charge le mode nuit. Ces nouveaux iPhone musclés se contentent toujours de recadrer une partie de l’image de la caméra grand angle et de la faire passer pour une capture au téléobjectif. Même l’objectif ultra-large prend désormais en charge le mode nuit. J’espère vraiment que nous verrons cela fait « correctement » dans le prochain iPhone.

Le pipeline

S’il y a une révision matérielle dont on peut se réjouir d’année en année, ce n’est pas l’appareil photo, mais le processeur et la mémoire de votre nouvel iPhone. Apple fabrique les puces mobiles les plus rapides du marché, qui débloquent de nouvelles astuces pour créer des images auparavant impossibles à obtenir avec des capteurs de la taille d’une vignette.

Apple commercialise désormais activement son pipeline de photographie intelligente. Elle donne des noms de marque aux algorithmes, comme Smart HDR et Deep Fusion. Ces technologies complexes utilisent toute la puissance des dernières puces, comme l’apprentissage automatique en temps réel qui améliore sélectivement les détails dans les zones, devine la balance des blancs dans les photos de nuit, détecte les sujets, et plus encore. Il n’est pas exagéré de dire que l’iPhone 12 est l’appareil photo le plus intelligent qu’Apple ait construit à ce jour. Est-ce que cela permet de prendre de meilleures photos ?

Pour la photographie occasionnelle, oui. Les générations précédentes (toussa, iPhone XS) avaient du mal à conserver les détails après une réduction du bruit « intelligente » agressive. Les nouvelles technologies intelligentes d’Apple génèrent des images beaucoup plus naturelles. Qu’il s’agisse de personnes ou d’animaux, les détails sont conservés dans la peau et les cheveux.

Comparez cela aux nombreux téléphones Android qui activent par défaut des effets problématiques comme le lissage de la peau. Le fait de rendre l' »amélioration » automatique de votre image facultative crée un précédent effrayant.

Les téléphones du futur vous feront-ils maigrir et vous donneront-ils de plus grands yeux ? Nos idéaux de beauté ont de l’importance et, bien que la photographie soit subjective, un « objectif » automatique sur les appareils photo les plus utilisés de notre époque affectera grandement la société et ses membres, en particulier les jeunes humains impressionnables. Je ne doute pas qu’Apple ait envisagé des effets  » d’embellissement  » pour rester compétitif, mais je suis heureux de constater qu’ils restent absents.

Si l’iPhone effectue de nombreux traitements, il est conservateur dans ses décisions… éditoriales. Il n’a pas peur de vous laisser prendre une mauvaise photo : la saturation des couleurs et le contraste sont assez neutres, et la balance des blancs penche vers des images plus chaudes. Cela ne me dérange pas : Je pense que c’est le « look » que nous attendons d’Apple.

Une teinte bleue dans un ciel plutôt « neutre » est un signe révélateur du traitement des images de l’iPhone 12. Il adore un bon ciel bleu, même si le ciel que vous avez capturé n’était pas particulièrement bleu ce jour-là. C’était un ciel gris classique d’Amsterdam au moment de la prise de vue.

Le seul moment où j’ai trouvé le traitement d’image intelligent de l’iPhone sensiblement gênant est lorsque les ciels sont trop teintés de bleu. Il est clair que l’iPhone peut maintenant facilement détecter et segmenter le ciel d’une photo, et qu’il lui applique une réduction du bruit pour obtenir de magnifiques dégradés. Mais même les ciels nuageux ont tendance à prendre une teinte bleue qui n’est pas aussi neutre que vous le souhaiteriez.

Pendant ce temps, certains téléphones Android font des changements si agressifs qu’ils sont accusés de… ajouter une fausse lune.

Faible luminosité

L’iPhone 12 capte davantage de lumière, ce qui lui permet de prendre de belles photos lorsque le soleil commence à se coucher. J’ai constaté que j’obtenais beaucoup moins de bruit dans mes fichiers RAW et plus de détails dans mes fichiers non-RAW de manière assez constante. Une fois que le soleil est passé sous l’horizon, l’application appareil photo peut également réussir à prendre des photos sans le mode Nuit. L’avantage est d’obtenir plus de détails (moins de réduction du bruit) et la possibilité de prendre des photos en direct dans des conditions de faible luminosité.

Ce n’est pas vraiment une nouvelle que l’iPhone 12 est le meilleur appareil photo à faible luminosité qu’Apple ait construit jusqu’à présent. Avec l’introduction du mode Nuit, Apple a mis à la disposition des masses une option d’exposition longue très robuste basée sur la photographie par calcul. (J’adore… un bon outil de calcul de l’exposition longue).

Vous constaterez que vous pouvez prendre des photos en mode nuit sur les nouveaux iPhones dans des conditions d’obscurité surprenantes. Venir d’un iPhone qui n’avait pas de mode nuit peut être assez époustouflant, et même les appareils photo numériques plus grands ressentiront de l’envie en voyant un iPhone faire des « expositions de 10 secondes » à la main.

Exposition de 10 secondes à la main. Un appareil portable plus petit n’aurait pas permis d’obtenir cette photo.

J’ajoute des guillemets parce que, même si Apple vous offre un réglage de durée agréable, il tente toujours d’obtenir une photo nette. Le mode nuit est une solution classique d’Apple : facilité d’utilisation mais pas de réelle configurabilité. Il est impossible d’obtenir des traînées lumineuses ou des effets de douceur, car la priorité est donnée à l’obtention d’une  » image nette  » sur laquelle on empile ensuite des détails supplémentaires.

Vous pouvez toutefois laisser l’iPhone se stabiliser sur une surface (les côtés sont plats maintenant) ou sur un trépied pour sélectionner un temps d’exposition allant jusqu’à 30 secondes.

Par une nuit noire et sans lune au Nouveau-Mexique, on peut obtenir des clichés vraiment impressionnants :

Voici des expositions de 10, 15 et 30 secondes avec un iPhone 12 Pro en mode nuit. C’est impressionnant !

Exposition de 10 secondesExposition de 15 secondesExposition de 30 secondes

Maintenant, est-ce que cela se compare à un appareil photo plus grand ? Je ne le dirais pas. Ce qui nuit le plus au mode nuit pour la photographie sérieuse, c’est son manque de souplesse. La prise en charge de ProRAW est très utile, car elle ajoute plus de détails et de possibilités d’ajustement au résultat fortement traité.

Mais en tant que développeurs d’une application d’appareil photo, nous aimerions avoir une API pour le mode nuit afin d’ajouter des options telles que le degré de fusion des images, le niveau de réduction du bruit appliqué, etc. Faire une « vraie » longue exposition comme celle-ci :

C’est la seule image de cette revue qui n’a pas été prise sur l’iPhone 12. Prise avec un Leica M avec un objectif 35mm Summilux. Une « vraie » longue exposition de 15 secondes. Le mode nuit est impressionnant, mais ne permet pas d’obtenir des résultats comme celui-ci.

Ce n’est tout simplement pas possible pour l’instant car l’iPhone va optimiser pour obtenir ces voitures pointues. C’est parfaitement logique : Le mode nuit est optimisé pour la plupart des gens, qui prendront probablement des photos d’amis dans un restaurant sombre, ou de la lune au-dessus de la ville. Vous voulez des photos nettes. Mais comme toujours, supprimer des options pour rendre une fonction accessible et facile à utiliser se fait au détriment de l’utilité pour ceux qui recherchent des options créatives au-delà de ce que l’appareil photo prescrit.

Espérons que l’API du mode nuit sera disponible à l’avenir.

Le LIDAR et vous

L’iPhone 12 Pro possède une forme particulièrement intéressante sur son mesa de caméra qui ne dépasse pas, contrairement à ses lentilles de caméra. Sous ce disque opaque et réfléchissant vit un capteur qui fait quelque chose de très cool. Il détecte la profondeur.

Le capteur LIDAR a fait ses débuts dans l’iPad Pro 2020. Sous ce disque sur l’iPhone 12 Pro vit une unité similaire, mais légèrement plus petite. Ces capteurs fonctionnent en émettant de la lumière dans un motif de points et en mesurant le temps qu’il faut à un photon de ces points pour se réfléchir sur une surface et revenir au capteur. C’est pour cette raison que ces capteurs sont également appelés « capteurs à temps de vol », et vous n’êtes pas le seul : il s’agit d’une technologie absolument époustouflante. La lumière voyage très vite : ces capteurs relèvent du miracle.

En fonctionnement, cela ressemble à ceci (le capteur LIDAR projette un motif de points assez large qui couvre votre sujet) :

Et si vous étiez à l’extrémité réceptrice, quelque chose comme ceci (ce que « vous » voyez lorsque vous êtes bombardé par le LIDAR) :

Le motif des points correspond exactement à la couverture de l’appareil photo « large » de l’iPhone, afin d’accélérer l’autofocus. C’est très utile en basse lumière, lorsque l’autofocus cherche à savoir si votre sujet est proche ou éloigné. Normalement, un appareil photo recherche des bords nets pour faire la mise au point, ce qui est difficile en basse lumière. Avec le LIDAR, il détecte instantanément la distance du sujet, ce qui vous permet de photographier immédiatement.

Le fonctionnement est similaire à celui du capteur Face ID (ou « TrueDepth ») situé dans l’encoche de l’iPhone. Voici FaceID en action, filmé en infrarouge :

Contrairement à la technologie FaceID, le LIDAR envoie ses « points » une fois par seconde dans les modes normaux de l’appareil photo, et même lors de l’enregistrement de vidéos. En mode portrait, la fréquence est beaucoup plus élevée. L’intensité de la lumière projetée est assez forte ; dans la vidéo ci-dessus, les points LIDAR sont à peu près aussi intenses sur le sujet qu’un phare de voiture. C’est probablement pour cela qu’il fonctionne à la lumière du jour.

Vous pouvez facilement tester l’efficacité du LIDAR : il suffit de le recouvrir de votre doigt. Vous remarquerez que cela ne fait pas une grande différence en plein jour. Parfois, c’est même une gêne, car les faisceaux du LIDAR se reflètent et se dispersent sur les surfaces transparentes. Si vous prenez des photos depuis un hublot d’avion ou à travers une porte vitrée coulissante, la mise au point de votre iPhone sera parfois lente, car il confond les surfaces transparentes avec les surfaces opaques. Dans ce cas, couvrez simplement le point avec votre doigt et votre iPhone reviendra à une mise au point conventionnelle basée sur les bords de l’image.

Le capteur LIDAR de l’iPhone 12 Pro est conçu pour cartographier les choses à grande échelle, et en mouvement. C’est très évident avec le prototype d’application que nous avons construit pour l’iPad Pro : lorsqu’il est en mouvement, le capteur LIDAR va travailler pour cartographier une sorte de maillage 3D de son environnement. Avec un peu d’apprentissage automatique et des données provenant des caméras, il peut transformer ce maillage en un modèle 3D assez grossier d’une pièce, par exemple. Il peut cartographier des éléments comme les tables, les portes et les fenêtres. Mais c’est beaucoup trop rudimentaire pour scanner en 3D des objets plus petits, par exemple.

Mode portrait alimenté par le LIDAR

Lors de l’événement d’annonce d’Apple, la fonction LIDAR a été saluée comme quelque chose d’utilisable pour une nouvelle astuce de calcul en mode double : le mode Portrait mode Nuit – ou le mode Portrait mode Nuit, si vous préférez. (Apple l’appelle officiellement « mode Portrait de nuit »).

Le mode Nuit combine plusieurs images pour obtenir une photo nette en cas de faible luminosité ; le mode Portrait utilise plusieurs caméras pour créer une carte de profondeur qui permet à l’iPhone d’évaluer sa distance par rapport à diverses régions de l’image pour créer un effet de faible profondeur de champ quelque peu convaincant. L’appareil photo doit relever deux défis importants : déterminer ce qui est mis au point et générer une bonne carte de profondeur dans la photo.

Je suis peut-être unique en ce sens que je n’utilise presque jamais le mode Portrait. Je ne l’apprécie tout simplement pas. Trop souvent, l’effet du mode Portrait est encore trop artificiel, et je ne suis pas un grand fan de l’appareil photo qui le restreint lorsque je suis trop près ou trop loin de mon sujet.

Pour les besoins de cet article, j’ai testé le dernier mode Portrait sur quelques photos et j’ai obtenu quelques clichés dont j’étais satisfait :

Le mode Portrait n’a pas vraiment été mon mode de prise de vue préféré, mais il s’est indéniablement beaucoup amélioré depuis sa création dans l’iPhone 7 Plus.

Comment s’en sort-il ? Il n’est toujours pas aussi agréable qu’un appareil photo « classique », mais il est beaucoup plus flexible que le fait de devoir transporter un gros appareil photo et un objectif pour une photo similaire :

Le mode Portrait ne semble pas très optimisé pour la prise de vue d’objets autres que des personnes ou des animaux domestiques, de sorte que vous constaterez qu’il arrive parfois que certaines parties de la scène ne soient pas floues. Il est donc difficile de l’utiliser pour des montages créatifs comme la photo ci-dessus, où le premier plan n’est pas flou.

Il s’impose cependant face aux autres téléphones : Même sans LIDAR, le mode Portrait de l’iPhone 12 mini est nettement meilleur que les iPhones de la génération précédente. Si vous venez d’un iPhone XS ou X, c’est un saut majeur. La possibilité d’ajuster la profondeur (en temps réel ou après la prise de vue) est formidable, et Portrait Lighting crée des portraits plus flatteurs même en cas de mauvaise lumière.

Auparavant, l’intelligence artificielle des portraits masquait mal certaines parties de votre image, laissant des segments nets ou flous alors qu’ils ne devraient pas l’être. Cette erreur choquante semble beaucoup plus rare.

Initialement, je n’avais pas beaucoup testé le mode Portrait + Nuit. Mais dans les quelques tests que j’ai effectués – en le comparant à un appareil photo ordinaire et à l’iPhone 12 mini, qui n’est pas équipé d’un capteur LIDAR, il fonctionne outrageusement bien :

L’iPhone 12 mini ou les autres iPhones vont tout simplement rendre l’âme la nuit : l’iPhone 12 Pro Max n’a aucun problème à ce niveau.

C’est aussi un témoignage de la magie informatique totale qui se déploie ici.

L’image de droite a été prise avec le dernier et meilleur appareil photo plein format de Sony, le A1. Avec une ouverture de 1,4, une sensibilité de 12800 ISO et un temps de pose de 1/15e de seconde, l’appareil a réussi à prendre une photo utilisable dans un environnement très sombre. Qu’un iPhone puisse prendre une telle photo est tout simplement incroyable. Le LIDAR est indispensable.

Je peux vous entendre vous demander : « Est-ce que cela utilise vraiment autant le LIDAR ? » et la réponse, comme testé avec une caméra infrarouge, est oui :

En cas de très faible luminosité, la fonction Portrait du mode Nuit passe d’un clignotement rapide à une « mise en attente » de la projection LIDAR pendant un moment à une luminosité plus élevée, afin de garantir des images nettes et, vraisemblablement, une meilleure carte de profondeur. J’imagine que la détection de la profondeur avec les deux caméras est beaucoup plus difficile lorsqu’il n’y a pas assez de lumière pour vraiment voir la parallaxe.

Alors oui, le LIDAR est vraiment un atout pour cet appareil. En plus d’être un meilleur photographe de nuit, l’autofocus est en fait assez fantastique si vous photographiez des scènes d’action. ProRAW ou pas, l’iPhone ne prend pas vraiment de photos RAW rapides, il est donc essentiel d’obtenir une mise au point précise ou une action nette. Le capteur LIDAR fait un travail rapide de mise au point lorsque vous ouvrez l’appareil pour prendre une photo.

ProRAW

Sur cette note, parlons de l’Apple ProRAW.

ProRAW est sorti un peu après l’arrivée sur le marché de l’iPhone 12 Pro Max et Mini. Chez Lux, nous étions assez enthousiastes lorsque ProRAW est sorti, malgré les inquiétudes de certaines personnes qui pensaient que nous serions menacés sous une forme ou une autre parce que l’application de caméra standard obtiendrait un certain type de capture RAW.

La marée montante soulève tous les bateaux ! L’introduction par Apple d’un format RAW spécial1 pour l’appareil photo de l’iPhone signifie un engagement en faveur de la prise de vue RAW, et plus les gens connaissent le RAW, plus ils pourraient être intéressés par un meilleur appareil photo pour l’iPhone.

Nous avons précédemment beaucoup écrit sur ProRAW – Si vous souhaitez obtenir des explications sur le format RAW et son fonctionnement, ainsi que sur le caractère unique de ProRAW, je vous recommande de lire ce document, puis de lire le document suivant L’excellent article d’Austin Mann sur elle.

Je ne parlerai ici que de ProRAW et de son expérience de capture.

ProRAW est un nouvel outil puissant dans la boîte à outils du photographe de l’iPhone, car il transpose certaines des fonctionnalités de l’appareil photo de l’iPhone au format RAW flexible.

C’est à cela que nous faisons référence lorsque nous parlons de « pipeline ». Le traitement des images de l’appareil photo de l’iPhone d’Apple est très poussé.

L’intelligence ? En gros, votre iPhone prend de nombreuses photos en succession rapide et les mélange intelligemment pour en faire un excellent cliché. Certains clichés sont sous-exposés ou surexposés, afin d’obtenir plus de détails dans les ombres et de récupérer les hautes lumières. iOS utilise également l’apprentissage automatique pour identifier les zones qui devraient bénéficier d’une réduction du bruit plus ou moins importante, afin de conserver le maximum de détails.

ProRAW se rend à Tattooine. ProRAW a réduit sélectivement le bruit du ciel ici, et a conservé plus de détails dans les rochers et la moto.

L’un des exemples les plus époustouflants de la photographie « intelligente » de l’appareil photo de l’iPhone est que vous n’avez probablement jamais pris de photo sur votre iPhone. L’iPhone l’a fait pour vous.

L’appareil photo prend des photos en permanence lorsqu’il est ouvert, en conservant une mémoire tampon de clichés. Lorsque vous appuyez sur le bouton de l’obturateur, il peut revenir en arrière et prendre une image juste *avant* que vous n’appuyiez sur l’écran, ce qui donne l’impression d’un appareil photo sans délai d’obturation. De plus, grâce à la mémoire tampon, il peut vérifier rapidement plusieurs photos et choisir la moins instable lorsque vous vous déplacez, afin de s’assurer que vous avez pris la meilleure photo.

Pour certains, cela semble un peu… faux. On ne peut pas vraiment mettre le doigt dessus, mais ça commence à entrer dans une sorte de vallée étrange. À quel moment perd-on son autonomie en tant que photographe ? Est-ce vous, ou l’appareil photo, qui décidez des choix créatifs ?

Entrez dans le RAW. Les photographes adorent les fichiers RAW parce qu’ils sont (souvent) sans perte et qu’ils contiennent beaucoup plus de données que le format de sortie typique de votre appareil photo (JPG ou HEIC), ce qui vous donne une liberté énorme lors de l’édition ultérieure de votre photo.

La puissance du format RAW : avec des informations supplémentaires dans les hautes lumières et les ombres, vous pouvez capturer les poses séduisantes de vos amis de la manière dont vous les avez vues, plutôt que de la manière dont l’appareil photo a voulu les capturer.

Mais sur l’iPhone, j’ai vraiment appris à aimer le format RAW parce qu’il saute (presque) tout le traitement et vous donne simplement l’image telle quelle. Avec le format RAW sur l’iPhone, vous prenez la photo, et il n’y a pas de recombinaison d’images pour obtenir un résultat différent.

Sur les iPhone XS, cela a été immensément bénéfique – la réduction du bruit sur ces caméras était agressive et pouvait vraiment supprimer certains détails. Depuis, les capteurs des iPhone sont devenus plus grands et meilleurs, ce qui signifie moins de bruit. Mais le traitement a également augmenté, car les caméras sont devenues plus intelligentes chaque année.

Cette photo RAW de l’iPhone 12 Pro présente un bruit « naturel ». Il s’agit d’un RAW natif ordinaire, et non d’un ProRAW, ce qui signifie qu’il ne bénéficie pas de la passe de réduction du bruit du pipeline d’images.

Cette année, le format RAW est devenu plus intelligent. ProRAW apporte ce pipeline d’images avancé – la fusion des images, l’amélioration sélective des détails, etc. – dans un format pratiquement sans perte, adapté à la scène.

La sortie ProRAW est excellente. Si les fichiers RAW « ordinaires » des appareils photo de l’iPhone 12 sont déjà excellents, avec un bruit beaucoup plus faible que celui des appareils précédents et des tonnes de détails, les avantages de ProRAW se révèlent lorsque vous prenez des photos dans des conditions difficiles, lorsque la lumière disponible introduirait beaucoup de bruit dans votre photo, ou lorsque les images fusionnées peuvent donner beaucoup de gamme dynamique supplémentaire.

Je ne semble pas être seul : dans quelques sondages rapides sur notre Twitternous avons constaté que la plupart des utilisateurs de l’iPhone 12 Pro optent pour cette solution, bien qu’elle soit beaucoup plus lente à capturer.

Seuls les iPhone 12 Pro et Pro Max bénéficient de ProRAW, et pas seulement parce que leur nom contient le mot « Pro ». Ils ont beaucoup plus de mémoire vive que leurs frères et sœurs non professionnels et moins doués pour le RAW.

Remarque : il faut mentionner qu’avec une application comme Halide, vous pouvez toujours prendre des photos RAW sur l’iPhone 12 et 12 mini non Pro, avec un grand effet – mais même nous, les développeurs, ne pouvons pas apporter ProRAW à ces téléphones.

ProRAW ne s’arrête pas là : il apporte le format RAW aux modes et même aux appareils photo qui ne prennent normalement pas en charge la capture RAW. L’appareil photo ultra-large obtient le format RAW, tout comme le mode Nuit.

ProRAW sur l’appareil photo ultra-large de l’iPhone 12 Pro permet une plus grande liberté d’édition, mais présente tout de même certains artefacts de traitement comme la réduction du bruit à outrance.

ProRAW est un excellent outil à ajouter à l’appareil photo de l’iPhone, mais comme le mode Nuit, il manque quelque peu de souplesse. Il peut être agressif en matière de réduction du bruit, notamment lorsqu’il utilise un processus comme la fusion profonde, qui fusionne plusieurs images pour obtenir un bon résultat.

Les râleurs

Tout cela constitue une impression générale très positive de la série des iPhone 12, mais qu’est-ce qui reste un problème photographique légitime sur ces téléphones ?

Outre l’inflexibilité des images que vous pouvez capturer – qui est en grande partie annulée par des applications telles que Halogénure qui vous donnent un contrôle supplémentaire – l’iPhone souffre de quelques problèmes d’appareil photo qui seront probablement résolus par une mise à niveau du matériel à l’avenir.

Des OVNIs près de la frontière du Nouveau Mexique ? Non, juste des éclats de lentille.

Le flare sur les appareils photo ultra-larges et larges n’est pas seulement perceptible, mais carrément gênant lors de la prise de vue dans la lumière. Dans l’image ci-dessus, vous pouvez voir l’éblouissement « orbe vert » de l’iPhone qui résulte des réflexions internes de l’objectif. Ce phénomène peut être assez discret comme sur cette photo, mais lorsqu’il s’agit de photographier de front de nombreuses sources lumineuses ponctuelles, il peut carrément ruiner la photo.

Je vais donner ça à Apple : Il est très, très difficile d’éliminer ce problème dans l’optique, mais c’est toujours une nuisance quand on prend des photos sur un iPhone.

Recadrage détaillé de la caméra large de l’iPhone 12 Pro Max. RAW normal vs. ProRAW. Même en ProRAW, le pipeline de réduction du bruit de l’iPhone peut souffrir d’une réduction du bruit très forte entraînant une perte de détails.

Ensuite, il y a la réduction du bruit.

Je n’ai jamais vraiment apprécié la réduction du bruit sur les iPhones, et je trouve vraiment gênant que ProRAW ne permette pas un contrôle granulaire de la quantité appliquée à l’image finale. Lorsque vous prenez des photos dans des conditions sombres avec les appareils photo moins sensibles à la lumière de l’iPhone, vous pouvez obtenir des images brouillées qui auraient été plus belles avec un peu de grain. C’est presque comme une peinture à l’aquarelle :

Image prise sur l’iPhone 12 Pro Max dans ProRAW avec la caméra ultra-large.

Cela semble bien à première vue, mais même en zoomant légèrement :

Aïe. J’aurais probablement préféré le bruit. Malheureusement, il n’y a aucun moyen de voir à quoi cela aurait ressemblé, car le RAW natif n’est tout simplement pas disponible sur l’appareil photo ultra-large.

Conclusion

L’iPhone 12 est, au fond, une vitrine qui montre à quel point le logiciel compte vraiment dans les appareils photo de nos jours.

Il y a cinq ans, nous aurions probablement examiné les améliorations apportées à l’appareil photo de l’iPhone 12 en nous concentrant sur ce qu’il y a de nouveau sous cette bosse de l’appareil photo. Bien qu’une amélioration de l’objectif soit agréable, nous l’aurions probablement ignoré comme une amélioration mineure. Évolution.

Apple a fait quelque chose de plus intelligent que d’essayer de faire l’impossible avec l’espace limité dont elle disposait dans le monde physique : elle a passé un cycle à affiner, à redessiner et à investir massivement dans le logiciel qui permet de tirer le meilleur parti des appareils photo. Ce qu’ils ont accompli est vraiment impressionnant. Mais ce que je trouve tout aussi impressionnant, c’est le piège qu’ils ont évité.

L’un de mes amis les plus chers est créateur de caractères. Cela signifie qu’il conçoit des caractères pour toutes sortes de choses : il a créé la police de caractères personnalisée que nous utilisons dans Halide, par exemple. Mais il a eu une fois un travail de création d’une famille de caractères pour le journal local.

Je lui ai demandé ce qui définissait vraiment le succès dans la conception d’une police de caractères comme celle-là, et il m’a souri et m’a dit : « quand les gens ne remarquent pas du tout la police de caractères ».

Traitement intelligent des images, combinaison magique de plusieurs images, fusion profonde, mode nuit : le meilleur appareil photo est celui qui ne se contente pas de vous suivre, mais qui s’efface. Il prend une excellente photo, mais le fait de manière suffisamment intelligente pour que vous ayez l’impression de l’avoir prise. Un appareil qui prend de meilleures photos tout en restant neutre – ce qui laisse au photographe la possibilité de les modifier après coup pour les adapter à son humeur et à sa vision artistique.

Les grandes caméras vous laissent échouer.

Apple a largement réussi à le faire. Je n’ai aucun doute sur le fait que la tentation est immense pour leur équipe chargée des appareils photo : ils disposent des puces les plus puissantes du secteur, de la plus grande liberté pour créer un appareil photo qui ne peut tout simplement pas faire de mal : qui peut surtraiter n’importe quelle image pour qu’elle paraisse bonne à la plupart des gens.

Pourtant, l’iPhone reste fidèle à la vérité. Il est un véritable outil pour les photographes tout en démocratisant la photographie pour une vaste population grâce à des technologies qui facilitent la prise de vue dans des conditions difficiles. Il traite davantage vos images, prend de meilleures photos pour chaque utilisateur, et offre même des options substantielles pour les pros – sans sacrifier l’authenticité.

C’est le téléphone d’un photographe. Et c’est un excellent appareil photo.

1 Basé sur des normes ouvertes : ProRAW prend des photos dans un format DNG normal, ce qui est fantastique.

À propos de l’auteur : Sebastiaan de With est le co-fondateur et le développeur de Halogénureune application iPhone révolutionnaire pour la photographie délibérée et réfléchie. Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur. Vous pouvez vous connecter avec lui sur Twitter. Cet article a également été publié ici.

Cet article a été rédigé par Sebastiaan de With et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.