Menu Fermer

Objectifs Sigma de la série I contre objectifs compacts Sony G : Pas de perdants ici

Après mon test de les nouveaux objectifs compacts de SonyJ’ai eu l’occasion de passer un peu de temps avec la série d’objectifs primaires concurrents de Sigma, qui sont sans doute la raison pour laquelle Sony a créé ses objectifs en premier lieu. Les deux ensembles sont des optiques amusants, compacts et extrêmement portables… mais lequel devriez-vous acheter ?

Comme les objectifs de Sony, ces objectifs primaires de Sigma sont presque identiques dans leur conception, la seule différence réelle entre eux étant les longueurs focales et les ouvertures maximales choisies. En tant que tel, vous pouvez considérer cette comparaison comme une évaluation des performances des trois objectifs et de leur comparaison avec les objectifs G de Sony.

Comme indiqué dans le couverture médiatique de ces lentillesla gamme I-Series de Sigma comprend un 35 mm f / 2 (639 $), 65 mm f / 2 (699 $), 24 mm f / 3,5 (549 $), et le 45 mm f / 2,8 (549 $).

Note de l’éditeur : L’évaluation suivante doit être considérée à la lumière de l’expérience de l’UE. L’examen complet des objectifs Sony se trouve iciLa plupart des informations ci-dessous se concentrent sur la performance des objectifs Sigma et sont rédigées en partant du principe que les lecteurs se sont familiarisés avec la même évaluation des objectifs Sony.

Test des objectifs Sigma de la série I

Pour tester ces objectifs, j’ai utilisé un Sony Alpha 7 III et un Sony a6100 et j’ai pris des photos à l’ouverture minimale et maximale pour déterminer la netteté et la qualité des images.

L’une des premières choses que j’ai remarquées en sortant ces objectifs de leur boîte, c’est la robustesse de leur conception et leur ressemblance avec des objectifs de cinéma plus grands. Chaque objectif de l’ensemble a un design identique, la seule différence étant la taille physique et, comme nous l’avons mentionné précédemment, tous étaient plus grands que leurs homologues de Sony. Malgré cela, ils sont assez similaires aux objectifs Sony dans le sens où les bagues d’ouverture sont à nouveau dans une position où il est très facile de déplacer accidentellement le réglage manuel de l’ouverture de l’objectif lors du montage ou du démontage.

Je me suis plaint de cela dans mon Test de l’objectif principal compact de Sony il est donc juste de le signaler ici. Donc, une fois de plus, vérifiez bien vos réglages lorsque vous utilisez ce verre pour être sûr qu’il est dans la position que vous souhaitez.

Sigma 35 mmSigma 45mmeSigma 24 mmSigma 65mm

Il y a une chose que je veux noter tout de suite : Je pense que l’expérience globale de prise de vue avec ces objectifs est encore plus satisfaisante qu’avec les objectifs Sony.

Laissez-moi vous expliquer.

Grâce à leur taille plus grande et à leur design plus élégant, je me suis senti plus à l’aise pour tourner dans la rue et pour mes clients. Il s’en dégage une atmosphère de cinéma que j’ai vraiment appréciée. Leur aspect, leurs sensations et leur fonctionnement sont vraiment agréables, d’une manière qui est difficile à expliquer mais qui est évidente une fois que vous les avez en main.

Comme les objectifs de Sony, la série I est dotée d’une bague d’ouverture à cliquetis satisfaisante que vous pouvez régler manuellement pour votre photo ou glisser en position Auto pour effectuer des changements numériques en fonction de vos préférences. Si j’ai apprécié la sensation du trio de Sony, ces objectifs sont plus mécaniques et produisent même un peu plus de tension lorsqu’ils ne sont pas en mode Auto. Les  » clics  » d’ouverture étaient encore plus satisfaisants que sur le Sony avec cette bague rainurée plus large. Il convient toutefois de mentionner que, bien que je n’aie jamais pris la peine d’utiliser l’interrupteur « de-click » que Sony fournit sur ses objectifs, c’est une fonction qui est visiblement absente de la série I de Sigma.

Visuellement, j’ai eu l’impression que ce jeu de verre donnait une impression beaucoup plus professionnelle lors des prises de vue dans la rue. Ceci est, bien sûr, entièrement subjectif, alors prenez-en ce que vous voulez.

Avec les objectifs Sony, on avait l’impression que les gens me prenaient pour un touriste et ne me prêtaient pas vraiment attention, alors qu’avec les verres Sigma, les gens me remarquaient et sortaient de mes plans pour moi. J’avais l’impression d’être un éclaireur qui préparait des scènes pour un prochain tournage. L’inconvénient, c’est que ces objectifs ont l’air plus chers que leurs homologues de Sony, ce qui signifie que si vous essayez d’être discret, ils vont se faire remarquer un peu plus.

Quant à leur taille, vous pouvez lire les dimensions et poids exacts iciIl faut toutefois noter que, même s’ils sont très compacts, ils sont plus lourds et plus grands que leurs homologues de marque Sony. De plus, Sony a mis un point d’honneur à conserver exactement la même taille pour ses trois objectifs, ce qui n’est pas le cas de Sigma. De plus, empilés bout à bout, même les deux plus petits objectifs de la gamme Sigma sont plus grands qu’un iPhone X et pèsent un peu plus que ceux de Sony. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont encore assez petits pour tenir dans la poche de votre pull ou de votre veste, ce qui les rend faciles à transporter et à changer d’objectif lors de vos déplacements.

Sigma 35mm Couverture magnétique 2Sigma 35mm Couverture magnétique

Il faut également noter que ces objectifs ont un boîtier en grande partie métallique, contrairement aux objectifs Sony qui sont beaucoup plus en plastique. Pour cette raison, Sigma a pu faire quelque chose d’un peu différent en offrant l’option d’un capuchon d’objectif magnétique plus sophistiqué, en plus du type standard en plastique « pinch ». Si vous êtes le type de tireur qui n’utilise jamais de pare-soleil parce qu’ils sont fastidieux, les versions métalliques sont une belle divergence par rapport à ce qui est attendu. Cela dit, bien qu’il s’agisse d’une fonctionnalité supplémentaire plutôt cool, elle n’est pas tout à fait pratique si vous utilisez les pare-soleil, car il faut un peu de manœuvre pour l’enlever une fois qu’il est en place.

Monture d’objectif Sigma I-Series

Enfin, il convient également de souligner que ces objectifs sont tous dotés d’un joint d’étanchéité bien conçu sur la monture, ce qui vous permet d’avoir l’esprit tranquille et de savoir que peu de poussière ou d’eau s’infiltrera pendant que vous photographiez.

Performance

Tous les objectifs de cette série ont fonctionné de manière constante avec un autofocus rapide et fluide, y compris les fonctions de détection des visages et des yeux.

Les performances sont tout aussi rapides et nerveuses qu’avec le trio Sony (bien que Sony vante son système autofocus comme étant largement supérieur à celui de ses concurrents). J’ai été en mesure de verrouiller rapidement les surfeurs en mouvement sur la plage sans problème. Le pare-soleil en métal et les bagues d’ouverture et de mise au point sont agréables à manipuler et le passage en mode manuel pour la mise au point est très fluide.

Le passage de la mise au point automatique à la mise au point manuelle a été facile grâce aux commutateurs de cette fonction placés plus près de la monture de l’objectif sur le barillet, contrairement au commutateur vertical que l’on trouve sur l’appareil Sony. Je préfère personnellement le commutateur Sigma, mais il s’agit là encore d’une préférence personnelle purement subjective, car les deux commutateurs répondent rapidement et fonctionnent comme prévu.

Pour vous donner un exemple du type de clarté que vous pouvez attendre, vous trouverez ci-dessous un court timelapse d’un lever de lune que j’ai filmé avec le Sigma 65mm f/2 à f/6.3.

Les objectifs de 45 mm et 65 mm étaient incroyablement nets et précis d’un bord à l’autre, alors que les objectifs plus larges de 24 mm et 35 mm laissaient un peu de vignettage sur les bords. Ce problème peut être facilement résolu par un ajustement du profil de l’objectif, mais il faut en être conscient.

Bokeh

Les quatre objectifs ont donné un bokeh très crémeux pour leurs ouvertures respectives, le 65 mm étant le plus attrayant de l’ensemble. En essayant de recréer les tests de bokeh du Sony, j’ai l’impression que si les objectifs Sigma – surtout à f/2 – étaient incroyablement lisses, seul le 65 mm avait vraiment quelque chose de plus que le Sony.

Le verre Sigma était constamment lisse pour chacun des objectifs, mais rien ne m’a vraiment  » épaté  » par rapport à ce que j’ai ressenti avec les objectifs Sony. Bien que chacun d’entre eux soit beau, à mon avis, si vous recherchez un verre avec un motif bokeh plus prononcé, l’ensemble Sony pourrait être le gagnant ici.

Sigma 65 mm f2Sigma 45 mm f2Sigma 35 mm f2Sigma 24 mm f / 3,5

Exemples d’images

Sigma 24 mm f / 3,5

Sigma 35 mm f / 2

Sigma 45 mm f / 2

Sigma 65 mm f / 2

Comparer les forces et les faiblesses

Les deux objectifs obtiennent de bons résultats dans le domaine de l’autofocus et de la qualité d’image globale. Vous devrez donc tenir compte d’autres facteurs si vous voulez vraiment choisir les objectifs qui vous conviennent le mieux.

Les forces de Sigma

Longueurs focales intéressantes
Beau contraste dans les ouvertures moyennes
Les bagues d’ouverture et de mise au point sont très faciles à utiliser avec le système de mise au point par traction.
Aspect plus professionnel et matériaux de meilleure qualité que les objectifs Sony
La résistance aux intempéries et à la poussière est de meilleure qualité que celle des objectifs Sony.
Le pare-soleil en métal est très joli
Les 24 mm et 45 mm sont moins chers que les objectifs comparables de Sony.

Les points forts de Sony

Le pare-soleil métallique de Sigma semble plus sensible aux rayures que celui en plastique de Sony.
Les objectifs compacts de Sony sont plus légers et plus petits.
Le capuchon magnétique de Sigma est joli, mais pas pratique lorsqu’il est associé au pare-soleil.
Sony dispose d’une ouverture dé-cliquable, Sigma n’en a pas.
Le bokeh était globalement plus agréable avec les objectifs Sony.
Les 35 mm et 65 mm de Sigma sont plus chers que les options comparables de Sony.

Robuste et professionnel ou plus petit et performant ?

La série I de Sigma donne l’impression d’être un ensemble d’objectifs beaucoup plus professionnels que le trio de Sony, mais cela implique le compromis d’une taille plus grande et d’une empreinte plus lourde. Ces objectifs sont toujours beaucoup plus petits et plus légers que les objectifs f/1.8 et f/1.4 que vous avez l’habitude de transporter. Le compromis peut donc en valoir la peine, tout comme les économies réalisées lorsque vous envisagez d’utiliser ces objectifs plus larges.

Même s’ils sont plus grands et plus lourds que les objectifs similaires de Sony, les Sigma sont toujours faciles à emballer et à transporter dans votre trousse, ce qui vous fait gagner beaucoup d’espace et de poids par rapport aux objectifs de la série Art/G-Master. J’ai trouvé que les objectifs Sony avaient un meilleur bokeh, à l’exception du 65 mm de Sigma, mais la qualité d’image globale de tous les objectifs était très bonne. Encore une fois, la seule raison de ne pas recommander l’un de ces objectifs est que vous avez vraiment besoin de cette faible profondeur de champ supplémentaire et que vous êtes prêt à sacrifier le coût, la taille et le poids supplémentaires pour l’obtenir.

Si vous faites plus de vidéo que de photo, les objectifs Sigma seraient un ajout fantastique à votre trousse puisqu’ils sont déjà prêts à être utilisés pour les kits de tirage grâce aux rainures plus prononcées sur les bagues de mise au point et d’ouverture. De plus, ces objectifs Sigma offrent des longueurs focales un peu plus uniques que les autres.

Honnêtement, je pense que ces deux ensembles peuvent être utilisés ensemble, car personne ne dit que vous devez choisir une société et utiliser uniquement ces objectifs. Bien que l’aspect professionnel et cinématographique des objectifs Sigma soit impressionnant, je préférais la qualité d’image de la plupart des objectifs Sony, malgré leur aspect légèrement moins haut de gamme. Si j’étais sur le marché pour ces longueurs focales, je mélangerais probablement quelques-uns des objectifs des deux marques.

Le verdict

La série I de Sigma est un excellent ensemble d’objectifs avec des longueurs focales uniques qui vous aideront à capturer des images et des vidéos nettes pour tout projet que vous avez en tête. Sont-ils meilleurs ou pires que les objectifs Sony ? Malheureusement, il n’y a pas de réponse toute faite.

Si vous voulez un appareil incroyablement petit et léger pour voyager, le trio Sony est peut-être la meilleure solution pour vous. En revanche, si vous envisagez de travailler davantage en vidéo, où la mise au point manuelle est plus fréquente, ou si vous préférez une construction plus robuste et plus haut de gamme, la gamme Sigma est plus intéressante. En fin de compte, les deux appareils ont fait un excellent travail du point de vue de la qualité de l’image et vous ne pouvez pas vraiment vous tromper. En fin de compte, vous devrez simplement prendre votre décision en fonction de vos préférences personnelles.

Cet article a été rédigé par <a href="https://petapixel.com/author/davidjcrewe/">David Crewe</a&gt ; et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.