Menu Fermer

Revue Fujifilm X-S10 : Le Challenger des poids mi-moyens

Fujifilm est considéré par beaucoup comme le champion de l’espace des capteurs APS-C. Des poids lourds comme le X-T4 et le X-Pro3 dominent le ring avec des caractéristiques de première classe – pour un prix tout aussi élevé. Alors, qu’est-ce qui s’offre à une personne au budget plus modeste qui veut encore monter sur le ring ?

Entrez le Fujifilm X-S10qui est une nouvelle ligne pour Fujifilm positionnée à 999 dollars pour le corps seulement et malgré le prix plus bas, Fujifilm a inclus un ensemble de caractéristiques impressionnantes avec cet appareil, y compris le capteur CMOS BSI X-Trans 4 et le X-Processor 4.

Vous allez voir la même qualité d’image de haut niveau qu’un modèle phare, mais parce que son prix n’est pas celui d’un modèle phare, il y a bien sûr quelques petits compromis : il n’y a pas d’étanchéité aux intempéries, il est de plus petite taille (ce que certains pourraient penser être une bonne chose), la performance de la mémoire tampon est moindre, et quelques autres sacrifices mineurs dont nous allons parler. Mais tout cela dit, c’est en fait un ensemble impressionnant compte tenu du prix.

Cette année a été marquée par ce qui semble être les modèles « embarqués » des fabricants d’appareils photo. Je n’appellerais pas ces organismes « d’entrée de gamme », mais ces modèles se situent quelque part entre les caméras d’entrée de gamme et les modèles phares – une sorte de nouveau palier conçu pour cibler les nouveaux utilisateurs dans un système différent en utilisant des fonctionnalités familières et un prix suffisamment bas : si vous ne dépensez qu’entre 999 et 1799 dollars, vous pourriez être persuadé d’essayer un modèle phare. En commençant par le Canon RP et en continuant à travers le Nikon Z5, Panasonic S5et même le Sony A7CNous avons des prix variables, mais des caractéristiques et des marchés cibles similaires. Le Fujifilm X-S10 se situe dans le bas de l’échelle des prix, mais nous offre un ensemble impressionnant de fonctionnalités que l’on ne trouvait auparavant que sur des appareils photo beaucoup plus chers.

Conception et caractéristiques

Le Fujifilm X-S10 est extrêmement compact. Il me rappelle en fait certains des beaux designs compacts que nous avons vus chez Olympus, et l’ergonomie est excellente pour un petit appareil photo. Il n’est pas surdimensionné et est extrêmement confortable à utiliser. Le design se situe entre les X-T4 et le X-H1, mais dans un facteur de forme beaucoup plus petit. Il est équipé d’un écran flip à angle variable, ce qui fait que Fujifilm vise clairement les créateurs de vidéos autant que les photographes.

La disposition des cadrans « PSAM » est plus conforme aux caméras conventionnelles et moins à ce que Fujifilm a établi avec ses modèles populaires. Ce choix de design sera probablement critiqué par les utilisateurs engagés de Fujifilm, mais il est clair qu’avec cet appareil, Fujifilm conçoit la simplicité – ce qui attirera peut-être de nouveaux utilisateurs vers le système.

La quasi-totalité des boutons sont personnalisables, y compris les quatre gestes tactiles. Par conséquent, tout photographe s’habituera très rapidement à ce système.

Le X-S10 dispose d’une nouvelle fonction qui sera utile à certains : par défaut, le bouton du haut à gauche de l’appareil fera apparaître les simulations de films Fujifilm. Pendant que ce menu est affiché, vous pouvez appuyer sur le bouton Q en haut à droite et il fera apparaître des descriptions qui peuvent défiler pour n’importe laquelle des 18 simulations disponibles dans la caméra. Toutes les simulations sont à jour avec les modèles Fujifilm actuels.

En parlant de courant, cette caméra utilise la combinaison du capteur CMOS X-Trans 4 BSI et du processeur X-Processor 4, donc la qualité de l’image est la même que celle que vous obtiendrez avec le X-T4. Bien sûr, les performances globales de prise de vue seront différentes, mais je pense que c’est très juste. Cela vous donne une qualité d’image de base à laquelle vous pouvez vous attendre, mais vous pouvez ensuite choisir un modèle en fonction du budget et des caractéristiques de toute la gamme Fujifilm si vous décidez que vous avez besoin de plus.

Fujifilm a inclus un flash pop-up ainsi qu’une connexion hot shoe pour les options de flash externe.

Les compromis

Je devrais commencer par dire que le Fujifilm X-S10 est évidemment moins cher que les appareils phares de Fujifilm et qu’il faut s’attendre à des effets secondaires évidents. Tout d’abord, il utilise l’ancienne batterie NP-W126S. Cela étant dit, Fujifilm nous a donné un ensemble de fonctionnalités bien plus avancées que ce que l’on peut attendre d’un appareil photo à prix économique – mais avec des limites.

Par exemple, vous avez la possibilité de filmer à une cadence de 30 images par seconde avec un cadrage semblable à celui du X-T4, mais la mémoire tampon est beaucoup plus serrée. Lorsque je prenais des photos en RAW + JPEG, j’obtenais environ 11 images avant que la vitesse ne commence à ralentir car la mémoire tampon essayait de se vider. Le JPEG seul donnait de bien meilleurs résultats, mais il ralentit à certains moments.

Je pense que cette performance est acceptable sur une caméra à ce niveau de prix.

Si vous voulez vraiment faire du sport, vous devriez au moins chercher un X-T3. Le X-T3 est au même prix lorsqu’il est en vente, mais le X-T3 n’a pas de stabilisation de l’image à l’intérieur du corps.

Mais le X-S10 le fait, et c’est la meilleure performance de tous les IBIS que j’ai rencontrés sur un Fujifilm.

Fujifilm m’a informé qu’il s’agit en fait de la quatrième génération de stabilisation d’image : la première serait le X-H1, la deuxième le GFX100, la troisième le X-T4, et maintenant le X-S10. Il s’agit essentiellement du X-T4, dont les algorithmes ont été mis à jour et qui fonctionne parfaitement aussi bien en photo qu’en vidéo. Il fonctionne mieux lorsqu’il est associé à un objectif doté d’une stabilisation optique de l’image (la stabilisation de l’objectif et celle du capteur fonctionnent ensemble), mais il fait toujours un excellent travail tout seul. Vous pouvez vous attendre à un avantage de 6 arrêts avec l’IBIS seul contre 6,5 arrêts avec un objectif à stabilisation optique.

Personnellement, j’ai l’impression que les normes actuelles de stabilisation de l’image du corps ne communiquent pas vraiment ce que vous vivrez en tant que photographe dans le monde réel. Il y a trop de variables allant de la distance focale, de la distance, de la taille du capteur – jusqu’à la quantité de café que vous buvez avant de prendre une photo. Mais, laissez-moi vous dire, d’après mon expérience de la photographie avec cet appareil : IBIS est excellent en photo et en vidéo. Pour les photos, vous avez l’avantage physique d’un capteur APS-C, et évidemment, cela diffère d’un objectif à l’autre en fonction de la distance focale. Mais la possibilité de prendre des photos en une demi-seconde (comme je l’ai fait avec le XF 33mm f/1.4) donne une grande polyvalence à cet appareil.

En vidéo, l’IBIS est excellent pour les prises de vue à main levée, même avec des objectifs plus longs. Il ne remplacera pas un cardan pour les plans longs ou le vlogging, mais comme mentionné, c’est le meilleur IBIS que j’ai utilisé sur une caméra Fujifilm à ce jour.

Fujifilm a inclus de très belles fonctionnalités pour les vidéastes. L’appareil est compatible avec le protocole F-LOG et dispose d’une sortie micro HDMI 4:2:0 8 bits interne et 4:2:2 10 bits externe.

La prise en charge du débit d’images nous donne 4k jusqu’à 30fps et 1080p jusqu’à 60fps. Vous pouvez également activer un « enregistrement haute vitesse Full HD » qui enregistrera jusqu’à 240fps en HD conformément à un fichier qui sera lu jusqu’à 59,94fps. Cela vous permettra d’obtenir jusqu’à 10x les fichiers au ralenti rendus dans la caméra. Il y a un recadrage à prendre en compte dans ce mode, mais l’inclusion de cette fonction signifie qu’il y a quelques options pour des fréquences d’images élevées dans la vidéo.

Le seul avantage de la vidéo avec le X-S10 est que la durée d’enregistrement interne est limitée à 30 minutes par clip. C’est un peu ce à quoi on peut s’attendre dans un appareil photo compact, surtout à ce prix. Je ne considérerais pas cela comme un élément dissuasif pour des usages généraux tels que le B-Roll ou le vlogging. Si cette limite de temps vous gêne vraiment, l’utilisation d’un enregistreur externe n’aura évidemment aucune limite de temps et vous bénéficierez en plus de la sortie 4:2:2 10 bits mentionnée plus haut.

Fujifilm a également fait un excellent travail sur la façon dont la caméra gère les changements d’exposition dans la vidéo. L’un des problèmes que j’ai rencontrés en essayant d’utiliser les appareils Fujifilm dans le passé est que lorsque la sensibilité ISO et même la balance des blancs changent dans une prise de vue en mouvement, on peut voir l’exposition changer de manière sensiblement saccadée par paliers d’un tiers de seconde. Lorsque vous filmez avec le X-S10, les changements d’exposition sont rapides et doux – vous ne remarquez pas les changements rapides de lumière. C’est une fonction très importante pour les cinéastes qui tournent en continu ou pour les blogueurs. Elle a été améliorée en juillet avec une mise à jour du micrologiciel du X-T4, mais il est agréable de voir qu’elle fonctionne avec le X-S10.

Le verdict

Après avoir utilisé cet appareil la semaine dernière, j’ai été assez impressionné. Bien sûr, ce n’est pas un X-T4, mais le sacrifice d’une certaine performance est un compromis bien planifié étant donné que le X-S10 est proposé à un prix beaucoup plus abordable. Une chose est claire : cet appareil est toujours très performant.

Les photographes et les vidéastes disposant d’un budget limité vont trouver que le X-S10 est l’une des meilleures options de boîtiers d’objectifs interchangeables du marché. Et en raison de sa taille compacte, je pense que toute personne à la recherche d’un appareil photo de voyage vraiment sympa en serait également très heureuse. Cela le rendra également très attractif pour les vloggers et les créateurs de contenu.

Mais cela pose la question…

Les appareils photo Fujifilm à deux chiffres tels que les X-T10, X-T20 et X-T30 sont dérivés d’un modèle phare supérieur (X-T1, X-T2, X-T3). Le X-S10 est désormais autonome. Moins cher que les caméras X-T et plus cher que le X-T200, on peut se demander si un X-S1 n’est pas en cours de développement, qui pourrait remplacer le X-H1, aujourd’hui abandonné, qui n’a pas de remplacement actif. Je pense que c’est une possibilité intéressante qui donnerait à Fujifilm un autre choix dans son système, attirant peut-être une base d’utilisateurs supplémentaire favorisant une conception sans miroir plus typique.

A propos de l’auteur : Ted Forbes est un photographe et cinéaste qui crée du contenu pour sa chaîne YouTube, L’art de la photographie. Il y réalise des vidéos depuis 12 ans depuis sa maison dans la belle ville de Fort Worth, TX.

Cet article a été rédigé par Ted Forbes et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.