Menu Fermer

Test sur le terrain : Une semaine dans les îles Lofoten avec le Canon EOS R5

J’ai été l’un des chanceux qui ont mis la main sur le Canon EOS R5 au début du mois d’août 2020. L’appareil photo est arrivé le matin, juste avant mon vol pour les îles Lofoten. Voici un résumé de mon expérience de l’ascension de 7 sommets en 7 jours avec le nouvel appareil photo sans miroir de Canon.

C’est un corps fragile

Celui-là fait mal…. Après quelques heures d’escalade, j’avais déjà de multiples égratignures sur la caméra. C’était dur à avaler.

Ce qui est bien avec la série 5D, c’est que je n’ai jamais eu à me soucier de la gratter. Au cours des 4 dernières années, j’ai fait des randonnées dans Patagoniea fait via ferrate en les Dolomiteset a visité de nombreux autres endroits avec mon 5D Mark IVtout en le gardant en très bon état. C’était, pour l’essentiel, un appareil « sans souci ».

Avec le R5, Canon utilise clairement un matériau différent, et il est beaucoup moins résistant. Il n’y a pas d’étui disponible pour le R5, donc si vous voulez garder l’appareil intact, il devra rester dans votre sac. Ça craint, Canon.

D’après mon expérience, le R5 n’est pas le compagnon que vous voulez pour une aventure. Il suit la tendance des petits appareils sans miroir et peu résistants, ce qui ne convient pas vraiment à tous les photographes qui veulent prendre des photos en extérieur dans des conditions parfois terribles. Personnellement, je ne voulais pas d’un appareil photo plus petit. J’aimais le facteur de forme de la série 5D – il était robuste et avait (beaucoup) meilleure allure.

Je ne vais pas vous montrer à quoi ressemble ma R5 maintenant, mais croyez-moi, elle est mauvaise.

Ma première randonnée dans les îles Lofoten jusqu’au sommet de l’Himmeltindan. Ne laissez pas le R5 sur ces rochers.

La durée de vie des piles est faible

Le nouveau Canon LP-E6NH offre une durée de vie de la batterie 20% supérieure à celle du précédent Canon LP-E6N, mais il coûte également une véritable fortune (environ 115 livres sterling au moment de la rédaction de ce document, ici au Royaume-Uni). Malheureusement, si vous êtes en tournage en extérieur, vous devrez probablement en acheter deux autres… au moins. Sans GPS, WiFi, AF tracking ou double pixel, j’avais du mal à faire 400 prises de vue avec une charge.

Ma nouvelle habitude est d’éteindre l’appareil photo aussi souvent que possible, ce que je ne ferais jamais avec mon 5DIV.

Si vous êtes comme moi, vous pensez probablement « Je peux toujours utiliser mes piles LP-E6N, alors c’est bien ». Mais si vous les avez utilisées dans votre ancien corps ces dernières années, il est probable que leur capacité est loin d’être ce qu’elle était. Dans mon cas, mes piles LP-E6N me permettraient d’effectuer environ 250 prises de vue. Oui, vous avez bien lu, 250. J’en recevais deux fois plus lors d’une utilisation régulière avec mon 5DIV.

Cela n’a pas beaucoup de sens pour moi de sortir un appareil photo avec un boîtier plus petit et une batterie qui a une durée de vie terrible. Garder un boîtier similaire à celui de la série 5D et fabriquer des piles plus grandes aurait été une décision bien plus intelligente de l’OMI.

Bien sûr, certaines personnes ne seront pas d’accord, mais c’est une grosse affaire pour moi. Si vous êtes un photographe qui part en voyage et que vous ne pouvez pas recharger vos batteries tous les jours, vous devrez en apporter 3 ou 4, et vous serez très inquiet car vous verrez les barres de batterie disparaître rapidement tout au long de la journée.

La seule solution que je vois pour l’instant est d’acheter la poignée supplémentaire et d’emporter avec moi un total de 4 piles à chaque voyage. Je pourrais le faire, mais cela représente environ 700 £ de plus à dépenser, en plus d’un appareil photo déjà coûteux.

Cela m’a obligé à utiliser le logiciel Canon Digital Photo Professional

Je ne voulais vraiment pas installer un autre programme sur mon ordinateur, mais il y a quelques semaines, DPP était la seule option viable pour travailler sur les fichiers RAW à partir de l’EOS R5. Maintenant que Camera RAW 12.4 est sorti, j’ai pu comparer le traitement RAW dans les deux logiciels, et les résultats m’ont époustouflé.

Tout en étant terriblement lent, le DPP fait un bien meilleur travail de traitement des fichiers RAW du R5. En fait, c’est le jour et la nuit !

L’exportation vers la fonction Photoshop, essentielle ici, a également été extrêmement lente (mon MacBook Pro 16 pouces haut de gamme était en ébullition), mais la qualité du fichier exporté était vraiment étonnante. J’avais très peu à faire une fois le fichier exporté et je ne pouvais pas être plus satisfait du résultat.

Le capteur est étonnant

Je ne pourrai pas comparer avec Sony ou Nikon, mais le capteur du R5 est un énorme progrès par rapport au Mark IV. Voir les images sur mon ordinateur me ferait oublier (presque) toutes les choses négatives que j’ai énumérées ci-dessus.

Les images provenant du capteur du R5 sont extrêmement nettes, la gamme dynamique est incroyable, les couleurs sont belles et la balance des blancs est correcte. Il n’y a pas d’autre capteur que je voudrais utiliser… au diable les piles supplémentaires.

Tirer sans miroir est une expérience complètement différente

Le sans miroir a toujours été peu attrayant pour moi – j’aime regarder à travers un viseur optique, et je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de mettre un autre écran devant mes yeux toute la journée. Quand je prends des photos, je suis dans mon propre monde, avec mes pensées, en train de faire mon truc. Regarder un écran tue cette expérience en me rappelant que nous sommes en 2020 et que la technologie est partout.

En d’autres termes : Je ne voulais pas de cette expérience de « tournage Sony » sans âme.

Bien que le tournage avec la R5 ne me fasse pas encore aimer le sans miroir, les avantages sont évidents. En particulier, je peux régler mon appareil photo beaucoup plus rapidement – je règle maintenant correctement l’exposition et la mise au point dès la première prise de vue, ce qui était plus difficile dans un reflex numérique.

Dernières réflexions

Il a fallu beaucoup de temps à Canon pour sortir la R5 et je pense qu’ils ont réussi la plupart des aspects. Cependant, ils ont clairement oublié les photographes qui sont dehors à photographier dans des conditions difficiles sans avoir un milliard de piles sous la main. J’ai l’impression que le R5 Mark II sera un tueur, mais il faudra encore attendre 3 ou 4 ans avant d’y arriver.

Bien sûr, les photos parlent plus que les mots, alors si vous voulez voir plus d’images de mon voyage, j’ai téléchargé un album sur mon site web qui comprend des informations sur les randonnées que j’ai faites.

A propos de l’auteur : Emmanuel Nataf est un photographe qui a parcouru l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Asie du Sud-Est à la recherche de tout ce qui est étrange et beau. Il est également le co-fondateur de Reedsyun marché où les auteurs peuvent entrer en contact avec les meilleurs éditeurs, concepteurs et spécialistes du marketing indépendants du monde.

Vous pouvez voir plus de ses photographies sur son site web ou en le suivant sur Instagram.

Cet article a été rédigé par Emmanuel Nataf et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.