Menu Fermer

Bataille de l’objectif : Tamron 70-180mm f/2.8 contre Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II

Les non-photographes voudront peut-être sauter cet article car il s’agit d’une Tamron 70-180 mm f / 2.8 Di III VXD contre Canon EF 70-200 mm f / 2,8L IS II USM Revue des objectifs pour les caméras Sony à monture E.

De nombreuses études ont été réalisées pour comparer les nouvelles Tamron 70-180 mm f / 2.8 Di III VXD contre la Sony FE 70-200mm F2.8 GM OSS et Sony FE 70-200mm F4 G OSS des objectifs de zoom. Ces critiques sont excellentes, mais j’ai l’impression qu’il y a un peu d’écart car elles supposent que vous avez déjà un des grands objectifs zoom blancs de Sony.

Je connais beaucoup de gens qui sont passés de Canon à Sony ces dernières années et qui ont conservé certains de leurs objectifs Canon pour les utiliser avec un adaptateur. Le 70-200 mm f/2.8 de Sony coûte actuellement 2 600 dollars, et je sais que plusieurs d’entre eux ont conservé leur objectif Canon 70-200 mm f/2.8, en raison du coût élevé de l’équivalent Sony. C’était certainement le cas pour moi.

Sony a7 III équipé d’un Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM et Sigma MC-11

I’ve utilise le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM avec le Sigma MC-11 adaptateur sur mon Sony a7 III depuis deux ans. Bien que l’objectif soit très performant et aussi net qu’une punaise, il y a quelques problèmes qui m’ont posé des difficultés ici et là. Le plus important est le blocage occasionnel qui ne peut être résolu qu’en éteignant l’appareil et en retirant la batterie, ce qui n’est pas idéal si vous’tes en train de filmer un événement unique comme un mariage.

Exemple d’image du Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM sur le Sony a7 III

I’ve vient de recevoir mon propre Tamron 70-180mm et a pensé qu’il serait intéressant de faire une étude spécifique le comparant au Canon 70-200mm pour décider si cela vaut la peine de changer. I’ll compare les deux objectifs en fonction d’une série de paramètres pour voir lequel est le meilleur.

Le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM et le Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD

Ayant déjà acheté et été très impressionné par le E-mount Tamron 28-75mm f / 2.8 Di III RXD et le Tamron 17-28 mm f / 2.8 Di III RXD Je voulais voir comment le zoom à longue focale de Tamron&rsquo fonctionnerait.

Le Tamron &ldquo ; la sainte trinité&rdquo ; les zooms à monture E

Les zooms Tamron actuels que je possède offrent une excellente qualité d’image à un prix bien plus abordable que les équivalents Sony natifs. I’m est principalement un tireur d’objectifs de premier plan, mais j’aime bien avoir un ensemble de zooms pour une utilisation de secours et pour quand j’ai besoin de ce petit plus de flexibilité. Étant donné que je photographie principalement des objectifs de premier plan, je ne veux pas dépenser une fortune pour mes zooms. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles I’a été attirée par la gamme Tamron plutôt que par les équivalents Sony.

Le total de Tamron pour les trois objectifs est de 2 977 $, et celui de Sony est de 6 994 $. Les trois objectifs Tamron sont moins de la moitié du prix des équivalents Sony, l’économie de 4 017 $ est difficile à ignorer.

Test

Note : Pour ces tests, I’m utilise le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM avec un adaptateur Sigma MC-11 sur le boîtier du Sony a7 III, le tout chargé avec le dernier firmware en date de juin 2020. Vos performances peuvent varier en fonction de l’adaptateur, du boîtier et des versions de micrologiciels. Les images ont été traitées avec Adobe Lightroom Classic version 9.3.

Il s’est avéré plus difficile que prévu d’effectuer des comparaisons consécutives. Malgré un trépied assez robuste (Manfrotto 190) et une tête sphérique robuste (Sirui K-40X), il était impossible de changer d’objectif sans que la différence de poids entre les deux montages n’entraîne un léger déplacement du trépied.

Bien que tout soit verrouillé et que tous les réglages de la rotule soient serrés au maximum, le trépied s’avance encore un peu plus facilement car le Canon 70-200 mm est beaucoup plus lourd que le Tamron 70-180 mm. Le champ de vision s’en trouverait modifié. La seule façon de compenser cela était d’ajuster légèrement le trépied entre les réglages, ce qui n’est pas idéal car il est difficile de tout aligner exactement, surtout avec les longues distances focales où même le plus petit changement au niveau de l’appareil photo peut avoir un impact sur la vue.

Portée du zoom / Champ de vision

Avant même que le Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD ne soit disponible, beaucoup de gens en ligne se sont plaints qu’ils ne l’obtiendraient jamais car il ne zoome qu’en 180mm au lieu de 200mm. Lorsqu’on compare des objectifs grand angle, une différence de quelques mm dans la longueur focale peut faire une grande différence dans le champ de vision. Cependant, l’effet diminue au fur et à mesure que la distance focale augmente. L’une des premières choses que je voulais tester était de voir l’effet réel de la perte de 20 mm à l’extrémité longue de la plage de zoom.

Les tirs suivants ont été réalisés avec l’aide de ma fille, qui est restée aussi immobile qu’un enfant de cinq ans peut l’être (ce qui n’est pas très immobile), de sorte que j’avais une cible humaine. Les deux objectifs ont été tirés à f/2,8 et mis au point sur le visage en utilisant l’AF de l’œil. Lors de l’importation dans Lightroom, j’ai appliqué mon préréglage standard et j’ai également réglé les corrections des lentilles pour supprimer toute distorsion et tout vignettage. Pour faciliter la comparaison des champs de vision, les images ont été combinées en GIF. Cependant, cela réduit un peu la qualité. Cette première photo a été prise avec les deux objectifs à leur portée de zoom maximale.

Comparaison du champ de vision au zoom maximum

Comme prévu, on peut voir qu’il y a une différence certaine avec le Canon qui montre une récolte légèrement plus serrée. Est-ce suffisant pour écarter complètement l’objectif ? Non, pas pour moi. Si vous avez besoin d’un champ de vision équivalent à 200 mm avec le Tamron, avec les capteurs haute résolution d’aujourd’hui, la perte de quelques mégapixels de données lors du recadrage ne devrait pas être un problème pour la plupart des gens.

Pour l’image suivante, le Canon 70-200 mm a été réglé sur 180 mm pour vérifier comment le champ de vision se compare à celui du Tamron à 180 mm.

Comparaison du champ de vision à 180 mm

Le champ de vision est presque le même, une partie de la différence observée est due au mouvement du trépied mentionné plus haut.

Sans déplacer l’appareil, j’ai aussi reculé le zoom sur les deux objectifs jusqu’à 70 mm pour voir s’il y avait des différences au niveau de l’extrémité large.

Comparaison du champ de vision au zoom minimum

Bien que les deux objectifs soient répertoriés comme étant de 70 mm en grand angle, il y a une différence notable avec le Tamron qui a un champ de vision plus large que le Canon. J’ai essayé de régler le zoom du Tamron pour obtenir le même champ de vision que le Canon à 70 mm. Je n’ai pas réussi à obtenir un champ de vision identique, c’est un peu délicat quand on utilise un enfant de 5 ans légèrement agité/alésé ! Le Tamron à 75 mm et le Canon à 70 mm sont les deux modèles les plus proches que j’ai réussi à obtenir.

Champ de vision avec Canon au zoom minimum et Tamron à 75mm

À 75 mm, le Tamron est un peu plus serré que le Canon à 70 mm, ce qui montre que la longueur focale correspondante est probablement de 74 mm (je n’ai pas pu’obtenir cette longueur focale exacte !).

Et le gagnant est&hellip ; Une victoire marginale pour le Canon. Bien que le Tamron soit environ 4 mm plus large que le Canon, il est 20 mm plus court à l’extrémité longue. En prenant le Tamron en 70-180 mm, on obtient une valeur de zoom de 2,6. Si le Canon mesure entre 74 et 200 mm, cela lui donne une plage de zoom légèrement plus longue de 2,7 mm.

Netteté

L’une des façons dont j’ai évalué la netteté dans le passé était d’utiliser le plutôt brillant Focal de Rikan. Il s’agit d’un outil de test automatisé qui donne une mesure empirique des performances et de la netteté des lentilles. Malheureusement, le logiciel ne prend pas en charge les caméras Sony, de sorte que l’I&rsquo devra procéder à une évaluation visuelle plus objective.

I’ve a effectué une comparaison côte à côte des images utilisées dans les tests de champ de vision ci-dessus. Zoom à 2:1 et visualisation sur un écran de 4k. Dans les images ci-dessous, le fichier Canon est toujours à gauche et le fichier Tamron à droite. La première image montre la comparaison 2:1 en grand angle avec les deux objectifs à 70 mm.

Comparaison de la netteté au zoom minimum (Canon à gauche / Tamron à droite)

Même en regardant les fichiers originaux dans Lightroom (pas les versions compressées sur le web que vous’rez ici), je ne vois vraiment aucune différence significative de netteté entre les deux objectifs.

Cela a également été répété avec les deux objectifs à leur portée maximale &mdash ; 200mm pour le Canon et 180mm pour le Tamron (d’où la légère différence de taille de la récolte 2:1 ci-dessous).

Comparaison de la netteté au zoom maximum (Canon à gauche / Tamron à droite)

Encore une fois, je ne vois pas de différence significative dans la netteté, le Tamron est tout aussi net que le Canon.

Et le gagnant est&hellip ; à l’aide de mon œil complètement non scientifique/non calibré, je fais un tirage au sort, les deux apparaissent aussi tranchants l’un que l’autre.

Bokeh

La façon dont l’objectif rend les zones floues est également très importante. Les zones de mise au point doivent être nettes et les zones hors mise au point doivent être lisses afin de bien séparer le sujet de l’arrière-plan. Je veux que le bokeh soit aussi peu détaillé que possible afin que l’œil soit attiré par le sujet.

J’ai de nouveau utilisé les images des tests de champ de vision, mais cette fois en examinant l’arrière-plan flou. Cette première image provient de l’extrémité large de 70 mm des deux objectifs, là encore l’image Canon est à gauche et le Tamron à droite, le cadrage est à 3:1.

Comparaison de Bokeh au zoom minimum (Canon à gauche / Tamron à droite)

I’m ne voit pas de différence importante, le bokeh est un peu plus grand dans l’image de l’objectif Canon mais cela est dû au fait que le Canon n’est pas aussi large que le Tamron (même si les deux sont répertoriés comme 70mm en grand angle). Pour essayer d’égaliser un peu les choses, j’ai également comparé un cadrage 3:1 du Canon à 70 mm et du Tamron à 75 mm, comme le montre l’image suivante.

Comparaison de Bokeh avec Canon au zoom minimum et Tamron à 75mm (Canon à gauche / Tamron à droite)

Pour moi, il n’y a pas une grande différence de qualité ici. Il y a peut-être un peu plus de détails/contraste dans l’image de gauche du Canon et le Tamron semble un peu plus lisse (c’est très marginal à mes yeux). Cela donne un très léger avantage au Tamron.

La même comparaison a été répétée avec les deux objectifs à leur portée maximale &mdash ; 200mm pour le Canon et 180mm pour le Tamron. Le cadrage 2:1 est illustré ci-dessous.

Comparaison de Bokeh au zoom maximum (Canon à gauche / Tamron à droite)

Comme pour la comparaison en grand angle, il y a une différence évidente dans la taille du bokeh en raison des différentes longueurs focales. Un autre recadrage a été effectué, cette fois-ci à partir des images avec les deux objectifs à un 180 mm correspondant.

Comparaison de Bokeh avec un zoom de 180 mm (Canon à gauche / Tamron à droite)

Comme pour la comparaison grand angle, j’ai l’impression qu’il y a un peu plus de détails/contrases dans les zones hors champ du Canon et que le Tamron est un peu plus lisse.

Et le gagnant est&hellip ; encore une fois, en utilisant mon œil non scientifique / non calibré, c’est’une légère victoire pour le Tamron

Vignetage et distorsion

D’après ce que je comprends de l’optique, le vignettage et la distorsion sont généralement pires à des distances focales plus grandes. Donc, pour garder ce poste déjà long plus court, I’ll compare le vignettage et la distorsion à 70 mm seulement. Encore une fois, et pour la dernière fois, I’utilisera les mêmes images que celles utilisées pour les tests de champ de vision, de netteté et de bokeh. Le Canon 70-200 mm à 70 mm et f/2,8 est le premier à être utilisé, suivi du Tamon avec les mêmes réglages.

Vignetage et distorsion du Canon EF 70-200mm f/2.8L IS IITamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD vignettage et distorsion

Comme prévu, les deux objectifs sont soumis à un vignettage et à une distorsion qui sont facilement visibles sur les images superposées. D’après mon évaluation, il semble que la distorsion soit légèrement plus importante sur le Canon et le vignettage légèrement plus important sur le Tamron.

Dans le monde réel, ce niveau de vignettage et de distorsion n’est pas vraiment un problème car Lightroom dispose des profils d’objectif permettant de corriger automatiquement ces problèmes. La seule fois où la correction du vignettage peut poser problème est si vous poussez excessivement l’exposition de vos images lors du post-traitement, ce qui peut entraîner une augmentation du bruit ou une fausse couleur dans les coins (ce qui peut être corrigé en appliquant un léger vignettage !).

Je ne sais pas si cela se produit avec tous les adaptateurs de monture d’objectif du Sony a7 III, mais avec le Sigma MC-11 Lightroom, il ne reconnaît pas automatiquement le type d’objectif adapté. Cela signifie qu’il peut’appliquer automatiquement les corrections appropriées, ce qui signifie qu’elles doivent être sélectionnées manuellement. Cela ralentit le processus d’édition. Cela ne devrait pas poser de problème si vous n’éditez que des fichiers avec cette seule lentille ou si vous n’éditez que quelques fichiers. Mais si vous filmez quelque chose comme un mariage avec beaucoup de changements d’objectifs et des centaines de fichiers à éditer, cela peut devenir un peu ennuyeux.

Et le gagnant est&hellip ; une victoire marginale pour le Tamron, car Lightroom reconnaît automatiquement les corrections de profil.

Autofocus

Lorsque je suis passé de la Canon 5D Mark IV pour le Sony a7 III, l’une des principales caractéristiques qui m’a attiré était la folle performance de l’autofocus des appareils Sony, j’ai senti que l’AF du visage et de l’œil était une technologie qui changeait la donne. Cependant, l’un des inconvénients de l’utilisation d’un objectif adapté est que l’autofocus du visage et des yeux ne couvre pas la même zone du viseur que le verre natif de Sony.

Dans le sens vertical, la couverture est à peu près la même, avec des lentilles adaptées et des lentilles natives qui permettent toutes deux au système AF de fonctionner du haut vers le bas de la monture. Cependant, il y a une différence significative sur l’axe horizontal lorsque vous vous déplacez du centre de la monture vers le bord.

Pour connaître la portée du système de mise au point automatique, j’ai fait quelques tests pour déterminer les zones où la mise au point automatique est répétable pour les deux objectifs. Cela a été fait en utilisant comme cible un visage qui se trouvait à environ 3 m de l’appareil photo. Les tests ont été effectués avec chaque objectif grand ouvert et un enregistrement a été fait pour déterminer où la performance de l’AF changeait lorsque la cible se déplaçait autour du cadre.

Sur le Tamron 70-180mm, l’AF fonctionne comme un verre Sony natif, permettant l’AF de l’œil, la détection des visages et la sélection manuelle des points AF sur l’ensemble du cadre. Cependant, avec le Canon 70-200mm adapté sur le Sigma MC-11, la couverture AF est réduite. L’AF de l’œil ne fonctionne qu’au centre de 40 % du cadre. Tous les autres modes AF fonctionneront alors jusqu’à ce que vous obteniez 60 % du centre de l’image. Une fois que vous vous éloignez de plus de 60 % du centre de l’image, l’AF ne fonctionne plus de manière fiable. I’ve a résumé cela dans le graphique ci-dessous.

Couverture AF du Sony a7 III avec le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM et le Sigma MC-11

Cette réduction de la couverture de la zone AF sur le Canon 70-200mm f/2.8 adapté peut rendre la mise au point problématique lorsque vous’utilisez l’autofocus et que la composition est éloignée du centre du cadre. Je n’ai pas accès à d’autres adaptateurs autofocus Canon à Sony, donc je ne suis pas sûr que ce changement de performance soit unique à l’adaptateur Sigma MC-11.

En discutant de l’autofocus, il y a une bizarrerie que j’ai remarquée avec le Canon 70-200mm adapté. L’objectif Canon possède une mise au point manuelle mécanique à temps plein qui fonctionne très bien sur un boîtier Canon, vous permettant de passer outre l’AF. Cependant, si vous attrapez la bague de mise au point du Sony en appuyant sur le bouton AF, vous pouvez sentir le moteur de mise au point grincer et glisser contre la bague de mise au point. Je ne suis pas sûr que cela endommagera le moteur de mise au point à long terme, donc je pense que c’est quelque chose qui doit être évité.

Et le gagnant est&hellip ; une victoire sans appel pour le Tamron avec un suivi AF complet sur toute la trame.

Vitesse de mise au point

Pour moi, une autre des caractéristiques clés de la performance est la vitesse de mise au point, il’est inutile d’avoir un objectif optiquement excellent si la mise au point est trop longue. C’est particulièrement important pour les photographes de document/reportage qui essaient de capturer des moments à la volée, tels qu’ils se produisent réellement.

Pour ce test, j’ai placé le Sony a7 III sur un trépied avec le zoom de chaque objectif à 70mm. L’ouverture a été réglée à f/2,8 alors que chaque objectif était mis au point sur un objet situé à 1,2 m de distance (c’est la distance minimale de mise au point du Canon 70-200 mm). J’ai ensuite déplacé le point de mise au point sur un objet très contrasté qui était au point à l’infini et j’ai appuyé à moitié sur le déclencheur de l’appareil photo en utilisant l’autofocus pour me verrouiller sur la cible. Pendant ce temps, j’ai appuyé un microphone contre le barillet de l’objectif pour enregistrer le son des moteurs de mise au point de l’objectif. J’ai ensuite importé les fichiers audio dans Audacity et les ai traités pour déterminer le temps de mise au point de chaque objectif.

Au cours de plusieurs tests, le Canon 70-200mm f/2.8 a affiché des temps compris entre 0,2 et 0,25 secondes. La mesure de temps précis sur l’objectif Tamron s’est avérée un peu plus difficile en raison de deux facteurs : l’objectif est incroyablement rapide et silencieux. Il était donc difficile d’enregistrer le bruit du moteur de mise au point, même sur le plus léger des bruits de fond. Comme le bruit du moteur de mise au point est si court et si silencieux, il est très difficile de déterminer le moment exact de la vitesse de mise au point, mais il est extrêmement rapide, de l’ordre de 0,04 seconde. Il semble presque aussi rapide à mettre au point qu’un objectif Sony natif tel que le Sony 24mm f / 1.4 GM.

Et le gagnant est&hellip ; une nouvelle victoire sans appel pour le Tamron avec son incroyable vitesse de mise au point.

Éclater

I’ve n’a fait que des tests très simples et rapides sur la manipulation des deux lentilles. Ces tests ont été effectués en tirant directement vers le soleil à travers une fenêtre avec les deux objectifs grand ouvert à f/2,8 avec le zoom à 70 mm. Je voulais photographier à travers une fenêtre afin de pouvoir garder une partie du cadre sombre pour que les reflets soient mieux visibles.

Test de la torche Canon EF 70-200mm f/2.8L IS IITest de torche Tamron 70-180 mm f / 2.8 Di III VXD

Ce ne sont pas les photos les plus brillantes, mais elles montrent que le Tamron a une longueur d’avance sur le Canon en termes de contrôle de la fusée éclairante. I’je ne sais pas si la nouvelle version Mark III du Canon 70-200 mm s’en sortirait mieux, car selon les rapports, les seules modifications apportées concernent certains revêtements de lentille qui pourraient aider à contrôler les flammes.

Et le gagnant est&hellip ; le Tamron 70-180mm a un bien meilleur contrôle de la fusée.

Construction

C’est un domaine où il y a une énorme différence entre les deux objectifs. Le Canon 70-200 mm est un zoom interne, le corps de l’objectif ne change pas de longueur lors du zoom. Cependant, le Tamron 70-180mm est un objectif télescopique dont le corps s’allonge lorsqu’il zoome vers 180mm.

L’un des grands avantages de la conception du zoom interne est la robustesse supplémentaire qu’elle procure. Le Canon 70-200mm est magnifiquement conçu et construit comme un réservoir, avec une construction extérieure entièrement métallique. C’est une bonne chose dans un sens, car cela signifie que l’objectif est très solide et robuste, ce qui donne une grande confiance en sa capacité à résister aux chocs. Cependant, cette robustesse s’accompagne d’un compromis : c’est une lentille très lourde (je reviendrai sur ce point dans une section ultérieure consacrée au poids). L’autre grand avantage de ce type de lentille est qu’elle rend l’étanchéité aux intempéries plus facile et plus efficace. Certaines personnes affirment également que ce type de conception est moins susceptible d’aspirer la poussière à l’intérieur de l’objectif, bien que je pense que cela s’accroche un peu aux pailles.

La conception télescopique du Tamron a une construction extérieure faite de plastique technique de haute qualité plutôt que de métal. Ces facteurs permettent à l’objectif Tamron de gagner énormément de poids par rapport au Canon, c’est-à-dire environ la moitié du poids. Le canon allongé semble bien adapté à la section statique et il n’y a aucun tremblement ou cliquetis tout au long du voyage. Bien que le Tamron soit construit en plastique, il semble toujours très solide et bien assemblé, mais il n’est pas de la même catégorie que le Canon.

Et le gagnant est&hellip ; Une grande victoire pour le Canon, construit comme un tank !

Zoom Feel

Le type de construction de l’objectif, zoom interne ou télescopique, aura un impact sur la sensation de zoom de l’objectif lorsqu’il passera du grand-angle au téléobjectif. Avec un zoom interne, vous ne déplacez que les éléments de l’objectif du groupe zoom, mais avec un objectif télescopique, vous déplacez également la section d’extension du barillet de l’objectif.

Le zoom du Canon 70-200 mm f/2.8 est très doux et offre une sensation de légèreté et de faible friction. Lorsque je filme avec cet objectif sur le Sony a7 III, je tiens généralement le pied de l’objectif dans ma main gauche et je peux ensuite actionner le zoom en faisant rouler mon pouce sur la bague de zoom. Bien que l’action du zoom soit très douce, il y a un petit jeu lors des changements de direction.

Le Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD a un zoom un peu plus lourd et il y a aussi un peu plus de stiction à surmonter pour faire bouger l’objectif. Cette friction supplémentaire signifie que la sensation de zoom du Tamron est un peu plus rigide et nécessite une plus grande prise entre le doigt et le pouce sur la bague de zoom pour fonctionner. Je ne dis pas que la sensation de zoom de l’objectif Tamron est mauvaise, loin de là. Elle est parfaite pour un zoom télescopique. C’est juste que ce n’est pas aussi facile que le Canon.

Une autre différence entre les deux objectifs est le positionnement des bagues de zoom. Sur le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM, la bague de zoom est placée le plus près du boîtier de l’appareil et la bague de mise au point se trouve à l’extrémité de l’objectif. Sur le Tamron 70-180mm f/2,8 Di III VXD, elles sont placées à l’opposé, la bague de zoom étant à l’extrémité de l’objectif et la bague de mise au point plus proche du boîtier (ce positionnement correspond aux autres objectifs zoom Tamron). Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de procéder, mais traditionnellement, les objectifs ont leur bague de zoom la plus proche du boîtier, ce qui peut être un peu déstabilisant au début lorsque vous utilisez le Tamron.

Et le gagnant est&hellip ; Une victoire marginale pour le Canon avec son zoom soyeux et lisse.

Interrupteurs / Fonctions

L’objectif Canon est doté de 4 interrupteurs de fonction : un limiteur de plage de mise au point, un sélecteur AF/MF, un pour activer/désactiver le stabilisateur et un interrupteur de mode du stabilisateur. Bien que les commutateurs soient souvent pratiques, je n’ai jamais vraiment utilisé ceux du Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM car je n’utilise pas vraiment les fonctions qui leur sont associées. Il arrive parfois que des interrupteurs soient accidentellement déplacés de leur position par défaut lorsque l’appareil est suspendu à une courroie et cela peut causer des problèmes. Le Canon 85mm f/1.4 IS a toujours posé des problèmes avec un interrupteur IS qui était bien trop fier du boîtier et qui nécessitait d’être scotché pour éviter tout changement accidentel.

L’objectif Canon comporte également une petite fenêtre sur le dessus de l’objectif avec un indicateur d’échelle de distance. Je peux tenir mes mains en l’air et affirmer qu’en toute honnêteté, en 7 ans de possession de l’objectif, je ne l’ai jamais utilisé ou regardé une seule fois. Une fonction complètement redondante !

Le seul interrupteur présent sur l’objectif Tamron est un interrupteur de verrouillage du zoom qui ne peut être utilisé qu’à 70 mm. Lorsqu’il est verrouillé, il arrête l’extension de l’objectif lorsqu’il est suspendu verticalement à une sangle. C’est un peu dommage que l’interrupteur ne fonctionne qu’à 70 mm, car il serait manuel de pouvoir le verrouiller à n’importe quel point de la plage de zoom. L’absence de tout interrupteur de fonction sur l’objectif Tamron ne me dérange pas car j’ai toutes les fonctions dont j’ai besoin mappées sur les boutons du boîtier de l’appareil photo.

Et le gagnant est&hellip ; Le Canon a plus d’interrupteurs (bien que je ne les utilise pas) donc je suppose que c’est’un autre Canon qui gagne.

Poids

Plutôt que d’utiliser les mesures de poids des fabricants&rsquo ; sites web, j’ai pris des mesures en utilisant mes propres balances. Cela a été fait pour m’assurer que les objectifs étaient dans l’état dans lequel je les utilise, c’est-à-dire sans le capuchon et les bouchons d’objectif.

La construction entièrement métallique du Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM en fait un objectif très lourd, pesant 1608g sur ma balance. Lorsque vous l’utilisez sur un boîtier Sony, vous devez également tenir compte du poids de l’adaptateur. Le Sigma MC-11 ajoute 125 g supplémentaires au poids, ce qui porte le total à 1732 g (vous pouvez économiser 118 g en retirant le collier du trépied).

Le poids est problématique pour moi, l’objectif est tout simplement trop lourd pour être utilisé pendant de longues périodes. Même lorsque je photographiais avec mes anciens boîtiers Canon 5D, il me semblait un peu lourd et déséquilibré à l’avant, cet effet est amplifié sur le boîtier a7 III, beaucoup plus léger, avec sa plus petite poignée. Le moment de rotation généré par l’objectif sur le boîtier Sony tire vraiment sur votre main et votre poignet, ce qui le rend inconfortable à tenir. Vous devez ajuster votre poignée habituelle de manière à ce que vous teniez l’objectif plutôt que le boîtier de l’appareil photo, ce qui peut rendre la rotation de la bague de zoom un peu plus gênante.

Le Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD (A056) est beaucoup plus léger, moins de la moitié du poids, faisant pencher la balance à 804g. C’est un gain de poids considérable et cela rend l’utilisation de l’objectif beaucoup plus confortable. L’appareil peut être saisi de la manière habituelle, ce qui donne une impression de fonctionnement un peu plus normal. L’autre grand facteur de gain de poids est la réduction du poids de votre sac photo, le Tamron économise 928 g si l’on tient compte de l’objectif et de l’adaptateur.

Il n’y a pas que la construction du corps et les matériaux qui permettent d’économiser du poids sur le Tamron, il y a aussi moins de verre dans l’objectif. Les fiches techniques montrent que le Tamron comporte 19 éléments en 14 groupes et le Canon 23 éléments en 19 groupes.

Et le gagnant est&hellip ; une grande victoire pour le Tamron avec son gain de poids de plus de 50%.

Taille

Plutôt que de prendre les mesures de longueur des fabricants&rsquo ; sites web, j’ai pris mes propres mesures. Je voulais m’assurer que les longueurs étaient mesurées de la même manière sur les deux objectifs. Les mesures ont été prises depuis la protubérance avant du corps de l’objectif jusqu’à la bride de la monture de l’objectif, sans compter la baïonnette interne.

Le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM a une longueur de 200mm, mais vous devez également ajouter le 25mm pour l’adaptateur Sigma MC-11. Cela porte la longueur totale à 225 mm. Le Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD est 26% plus court à une distance focale de 70mm car l’objectif est long de 147mm.

Tamron 70-180mm complètement rétracté à côté du Canon 70-200mm

Lorsqu’il est complètement déployé à 180 mm, la longueur du Tamron augmente de 30 mm pour atteindre 177 mm de long. Cependant, il est toujours beaucoup plus court que les 225 mm de l’objectif Canon et de l’adaptateur Sigma.

Tamron 70-180mm entièrement déployé à côté du Canon 70-200mm

C’est un gros avantage pour le Tamron, car sa longueur réduite, surtout à 70 mm, lui donne beaucoup plus de place dans le sac de l’appareil photo.

En termes de diamètre, le Tamron est également plus petit et utilise un filtre frontal de 67 mm (qui est le même que les autres zooms Tamron), alors que le Canon a un fil de filtre de 77 mm. En plus d’un diamètre plus petit, le fil plus petit rend les filtres pour le Tamron moins chers.

Et le gagnant est&hellip ; une grande victoire pour le petit Tamron.

Stabilisation de l’image

Les deux objectifs utilisent des méthodes différentes pour la stabilisation de l’image. Lorsque le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM est monté sur le Sony a7 III, le système n’utilise que l’IS de l’objectif lui-même et le système IBIS du boîtier est désactivé (l’option SteadyShot du menu 2 page 4 est désactivée et grisée pour que le réglage puisse être modifié). Le Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD ne contient pas de stabilisation dans l’objectif et repose entièrement sur le système IBIS du boîtier de l’appareil photo. J’étais vraiment curieux de savoir quel système fonctionnerait le mieux. Il est souvent indiqué en ligne que le système IS dans l’objectif fonctionne mieux que le système IBIS pour les distances focales plus longues. Cependant, il y a une différence de poids importante entre les objectifs, ce qui pourrait également avoir un impact sur les résultats.

Il est difficile de faire un test de stabilisation d’image précis, quantifiable et répétable. Bien que ce ne soit probablement pas une méthode parfaite, le mieux que je puisse faire est de tirer sur une cible statique tout en tenant l’appareil à la main à différentes vitesses d’obturation.

Pour rendre le test aussi extrême que possible, j’ai réglé chaque objectif sur sa longueur focale maximale afin d’amplifier tout mouvement involontaire de l’appareil photo. Cela donne un léger avantage à l’objectif Tamron avec sa distance focale légèrement plus courte de 180 mm. Je fixe ensuite une cible (un couvercle de boîte à biscuits avec un motif très détaillé !) très près de l’appareil photo, à 1,8 mètre, là encore pour que tout mouvement de l’appareil soit plus perceptible. Avec l’objectif grand ouvert, j’ai pris une série de photos individuelles (pas en mode rafale) à 1/200s. J’ai ensuite réduit la vitesse d’obturation par intervalles d’un arrêt et j’ai pris une série de photos à chaque intervalle, en répétant jusqu’à ce que je ne puisse plus obtenir des images sans flou. Tous les clichés ont été pris en essayant d’utiliser mes meilleures techniques de respiration de sniper afin de minimiser le mouvement de la caméra. Les fichiers ont ensuite été achetés dans Lightroom et visionnés à un grossissement de 4:1 sur un écran de 4k et évalués. J’ai ensuite regardé quel était le pourcentage d’images nettes et sans mouvement.

Fichier test de stabilisation de l’image

Les résultats des tests sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Les résultats des tests montrent que le Canon, avec son système IS à base de lentilles, a un net avantage sur le Tamron, qui utilise le système IBIS de l’a7 III dans le corps.

Notez que c’est un test très extrême, les photos ont été prises à la distance focale maximale de l’objectif avec une cible située à seulement 1,8 m et j’étais très critique lorsque je cherchais tout mouvement dans les fichiers.

Et le gagnant est&hellip ; Le Canon, le système IS à lentille interne bat la méthode IBIS utilisée sur le Tamron.

Prix

Le prix de lancement américain du Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD est de 1 199 dollars. I’m espère vendre mon Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM pour environ ce montant, ce qui rend le prix d’achat neutre.

L’une des choses dont je suis parfaitement conscient est le passage du Canon de l’EF à la monture RF sans miroir. Je pense que cela aura un impact important sur le prix des objectifs EF usagés à l’avenir. Les utilisateurs de Canon vont probablement migrer vers la nouvelle monture RF et cela pourrait potentiellement faire baisser le prix des objectifs à monture EF car les utilisateurs préfèrent un objectif à monture RF native.

Et le gagnant est&hellip ; Il n’y a pas de vrai gagnant ici, il’s’agit d’essayer de maximiser le prix de vente du Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM pour rendre l’achat du Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD aussi neutre en termes de prix que possible.

Macro-capacités

Bien qu’il ne soit pas présenté comme un objectif macro, il est toujours possible d’obtenir de bons gros plans avec le Canon 70-200 mm f/2.8. Il a une distance minimale de mise au point de 1,2 mètre. Avec le zoom à 200 mm, vous pouvez obtenir une bonne photo de petits objets, à condition de disposer de suffisamment d’espace !

Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM “macro&rdquo ; prise de vue à la distance de mise au point la plus proche

L’une des caractéristiques peu critiquées du Tamron 70-180mm f/2,8 Di III VXD est son utilisation comme objectif macro. En utilisant le mode AF, la distance minimale de mise au point est un peu plus proche que celle du Canon à 0,85 m.

Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD “macro&rdquo ; prise de vue à la distance de mise au point automatique la plus proche

Cependant, si vous passez à la mise au point manuelle et que vous ramenez le zoom à 70 mm, la distance minimale de mise au point tombe à 0,27 m. Cela donne un rapport d’agrandissement de 1:2

Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD “macro&rdquo ; prise de vue à la distance de mise au point manuelle la plus proche

Tamron conseille de n’utiliser que le centre du cadre pour votre zone de mise au point car il y a un étirement (flou latéral/radial) à la périphérie du cadre.

J’utilise très occasionnellement un objectif macro, un Canon EF 100mm f/2.8 Macro USM adapté, que j’utilise pour les prises de vue de bagues bizarres lors des mariages.

Exemple de plan macro du Canon EF 100mm f/2.8 Macro USM

I’ll fera d’autres tests en examinant les capacités macro du Tamron 70-180 mm pour voir s’il me permettra de remplacer et de me débarrasser de mon ancien objectif macro Canon. Ce serait formidable, car cela me permettrait de générer un peu plus d’argent et de retirer un peu plus de poids de mon sac d’appareil photo.

Et le gagnant est&hellip ; le Tamron, il a un AF plus proche et une plage de mise au point manuelle incroyablement étroite.

Fiabilité

Comme je l’ai mentionné au début de cet article, l’un des plus gros problèmes que j’ai rencontrés en utilisant le Canon 70-200mm f/2.8L IS II USM avec le Sigma MC-11 sur le Sony a7 III est que j’ai parfois un blocage. Cela se produit généralement une fois presque à chaque fois que j’utilise la configuration. Lorsque cela se produit, la seule façon de faire fonctionner à nouveau l’appareil est de l’éteindre et de retirer la batterie, en s’assurant que la mémoire tampon a été vidée au préalable ! Cela peut poser un gros problème lorsque l’on photographie des événements qui ne peuvent pas vraiment être répétés, comme l’entrée de la mariée à un mariage ou le premier baiser. Cela signifie que je n’ai pas entièrement confiance dans mon installation lorsque j’utilise l’objectif adapté.

Le Tamron n’en est qu’à ses débuts, mais I&rsquo n’a eu aucun problème jusqu’à présent. Il n’y a eu aucun problème de compatibilité, aucun gel et aucun blocage de la caméra. I&rsquo mettra à jour le billet de blog s’il y a des problèmes à l’avenir.

Et le vainqueur est&hellip ; Tamron à ce stade précoce.

Divers

I’ve a inclus ci-dessous quelques autres points divers qui méritent d’être mentionnés&hellip ;

L’un des grands avantages de l’utilisation d’un objectif à monture native est de ne pas avoir à utiliser d’adaptateur. Un adaptateur introduit un autre ensemble d’interfaces / points de défaillance potentiels. De plus, l’adaptateur Sigma MC-11 n’est pas étanche aux intempéries, il est donc déconseillé de prendre des photos par mauvais temps. Le rabat de la prise de mise à jour logicielle du MC-11 en particulier ressemble à un point faible.

Sony a une participation assez importante dans Tamron et je pense que cela joue un rôle important pour garantir la pleine fonctionnalité de toutes les caractéristiques standard lorsqu’un objectif Tamron est monté. Tous les modes de mise au point fonctionnent aussi bien que le verre natif, mais il y a aussi une correction de l’ombre, de l’aberration chromatique et de la distorsion dans l’appareil. Vous pouvez également utiliser l’appareil photo pour effectuer des mises à jour de micrologiciels pour l’objectif. S’il y a d’autres mises à jour du micrologiciel pour le Canon 70-200mm f/2.8L IS II USM, elles pourraient être problématiques pour moi car je n’ai plus de boîtier Canon pour me permettre de mettre à jour le micrologiciel de l’objectif.

Il y a un certain cachet à avoir quand on utilise l’un des grands objectifs blancs de la série Canon L avec l’anneau rouge, ils attirent certainement les regards avertis des autres utilisateurs d’appareils photo. Bien que tout objectif 70-200 mm ait du mal à être qualifié de discret, le grand zoom blanc Canon attire certainement l’attention lorsqu’il est sorti du sac de l’appareil photo. Cela peut être un gros inconvénient si vous’essayez d’être discret ou si vous photographiez des moments naturels/candidats. Le Tamron 70-180 mm, beaucoup plus petit et plus discret, devrait permettre des prises de vue plus furtives.

Il est intéressant de noter que le nouveau Canon RF 70-200mm f/2.8L IS USM pour leurs nouvelles caméras à monture RF sans miroir adopte également un design télescopique. Cela lui confère un design plus compact et plus léger que le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM. Le RF 70-200mm pèse 1070g mais coûte la bagatelle de 2599 euros (prix Amazon UK à partir de juillet 2020).

Exemples d’images

Je n’ai pas encore d’images de mariage à partager, alors voici quelques photos de ma fille qui court et grimpe aux arbres !

Conclusion

Le passage au nouveau Tamron 70-180mm f/2.8 en vaut-il la peine si vous’utilisez un Canon 70-200mm f/2.8 adapté ? Voici un bref résumé des forces de chaque objectif.

Pour moi, c’est’un oui retentissant. Je suis en fait très surpris par la netteté et les résultats des tests de bokeh du Tamron 70-180 mm. D’une certaine manière, Tamron a réussi à égaler (et dans certains cas à dépasser) la qualité optique du grand zoom Canon avec un objectif plus léger et plus petit qui comporte moins d’éléments en verre. La vitesse de la mise au point automatique est incroyablement rapide et permet de couvrir l’ensemble du cadre. Le seul véritable inconvénient est la réduction de la qualité de construction/robustesse du Tamron. Cependant, cela est compensé par cette incroyable réduction de poids qui ne serait pas possible sans les changements de construction mis en œuvre.

Si vous photographiez principalement des zooms, vous pouvez vous en tenir au Canon pour sa robustesse supplémentaire ou passer à l’équivalent Sony si vous souhaitez une robustesse supplémentaire et une meilleure performance de l’AF de l’objectif natif. Cependant, pour moi, I’m est plus que disposé à sacrifier un peu de la robustesse du Canon 70-200 mm pour tous les avantages qu’apporte le Tamron 70-180 mm.

Sony a7 III avec Tamron 70-180mm f/2.8 Di III VXD

Le véritable test pour moi sera de savoir si cela fonctionne bien dans l’environnement du mariage. En raison de la situation actuelle du coronavirus / COVID-19, les mariages ne sont pas encore correctement organisés au Royaume-Uni.

A propos de l’auteur : Simon Brettell est un photographe documentaire de mariage primé, basé dans la ville de Birmingham, dans les West Midlands en Angleterre. Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur. Vous pouvez trouver plus d’informations sur le travail de Brettell&rsquo sur son site web. Cet article a également été publié ici.

Cet article a été rédigé par Simon Brettell et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.