Menu Fermer

Premières impressions : Le Lumix S Pro 70-200mm f/2.8 OIS est un modèle de performance solide

Bien qu’il puisse sembler moins populaire que d’autres systèmes (probablement en raison du marketing), la L Mount Alliance produit certains des meilleurs objectifs plein cadre actuellement disponibles. Dans ce cas, Panasonic Lumix a travaillé en tandem avec ses copains de Leica pour lancer son deuxième objectif 70-200 mm pour les systèmes plein cadre : le Panasonic Lumix S Pro 70-200 mm f / 2.8 OIS.

Bien que Panasonic ait lancé son système S l’année dernière avec l’objectif 70-200 mm f/4 (entre autres), les photographes comme moi attendaient la version f/2.8 qui nous donnerait plus de flexibilité en basse lumière, et bien sûr une séparation des sujets plus perceptible en grand ouvert.

Bien que je n’aie pu utiliser le 70-200 mm f/2,8 qu’à quelques reprises depuis que je l’ai reçu, je suis assez confiant pour partager quelques premières impressions si vous souhaitez en prendre un vous-même.

Avant de commencer, cet objectif est classé comme un objectif Lumix S Pro, ce qui signifie qu’il est certifié Leica. Les autres objectifs S Pro certifiés Leica comprennent le 50 mm f / 1,4 et le 24-70 mm f / 2,8. Ces deux lentilles sont spectaculaires, c’est pourquoi mes attentes étaient grandes pour cette nouvelle optique.

Grand, lourd et beau

Faisons une chose : cet objectif est grand et lourd. Vraiment gros et lourd.

Les spécifications d’Adorama indiquent 55,38 onces, mais ma balance domestique pèse beaucoup plus : 67,2 onces ou 4,2 livres. Peut-être que le poids spécifié n’inclut pas le collier et le cache-objectif ; je n’en suis pas sûr.

Mais si vous comparez cela au Canon EF 70-200 mm f/2,8L III, dont les spécifications indiquent qu’il pèse 3,26 livres, au Nikon’s 70-200 mm f2,8 E, qui pèse 3,15 livres, ou au Sigma’s 70-200 mm f/2,8 DG OS HSM, qui pèse 3,97 livres, vous aurez une idée du poids du Lumix par rapport aux autres modèles.

Lorsqu’il est attaché à un S1 ou S1R, le poids est vraiment perceptible. Aucun des appareils Panasonic Lumix S n’a opté pour un design petit ou léger, et il est clair que cela n’était pas non plus d’une importance extrême pour les fabricants de cet objectif. Cela dit, si vous’tes un fan des appareils Lumix S, vous’tes probablement déjà habitué à transporter un système qui rivalise avec le poids d’un reflex numérique à pleine charge.

Aussi grand et lourd qu’il soit, le design de cet objectif est vraiment magnifique. La finition en métal mat est très agréable à la main, et tout ce qui concerne l’objectif est solide et robuste. Les bagues de mise au point ont le niveau de résistance adéquat, et le zoom interne signifie que je n’ai jamais eu à penser aux changements d’équilibre pendant le fonctionnement. La bague de mise au point possède également un embrayage de mise au point manuelle, que j’aime beaucoup et qui semble devenir une norme pour les objectifs S Pro de Panasonic.

Enfin, et cela va sembler vraiment insignifiant pour certains d’entre vous, mais mon élément préféré de cet objectif du point de vue de la construction est en fait le collier, car il possède une plaque suisse Arca intégrée.

Je sais que c’est’la première fois qu’une telle chose est directement intégrée à un appareil photo ou à un objectif, mais c’est’encore très rare à trouver et extrêmement utile quand on le fait.

J’ai testé l’objectif sur plusieurs têtes Arca Swiss, allant de Really Right Stuff à Peak Design’s Travel Tripod, et il a fonctionné parfaitement avec toutes. Malgré l’inconvénient que cette lentille pèse plus lourd que quelques-unes de mes autres lentilles combinées, je dois reconnaître aux designers qu’ils ont inclus une caractéristique vraiment géniale ici.

Le poids en vaut-il la peine ?

Si un objectif doit peser plus que n’importe lequel de ses concurrents, il vaut mieux qu’il fasse de bonnes images ? Heureusement, c’est le cas.

Photo de Jaron Schneider

Les sujets sont magnifiquement nets et précis, les points de contraste sont dépourvus d’aberrations, et dans l’ensemble, je suis extrêmement satisfait de la qualité visuelle, même à découvert. J’ai également fait quelques photos avec l’objectif complètement fermé, et bien que je ne puisse pas les montrer pour le moment à cause de la NDA, je peux dire que j’étais très content de la netteté des images, même en tenant compte de la diffraction.

En ce qui concerne la netteté, je dirais qu’elle n’est pas aussi “tranchante&rdquo ; nette comme un objectif Sony haut de gamme, mais j’aime bien ça. Certains nouveaux objectifs sur le marché sont si nets, si parfaits, que les images que je fais avec eux paraissent presque irréelles. Parfois, vous voulez un peu de douceur, moins de bords durs, et cet objectif atteint le point idéal : assez net pour que les images soient nettes, mais pas au point de me faire mal aux yeux.

Photo de Jaron Schneider

C’est bien sûr subjectif. Je préfère cela, mais d’autres pourraient aimer que leurs objectifs produisent des images d’une netteté remarquable. A chacun son truc.

Bien que je serais probablement parfaitement satisfait de la stabilisation de l’image à l’intérieur du corps dans le S1, le 70-200 mm f/2.8 comprend également la stabilisation optique de l’image (OIS). J’ai fait quelques tests à main levée avec l’OIS active et non active, et bien que cela ait fait une différence positive, je ne dirais pas que c’était extrêmement perceptible. C’est probablement parce qu’il s’agissait d’une situation contrôlée, sans stress.

Je pense que ce sera plus utile dans des situations dynamiques, en mouvement, ou lorsque vos mains sont un peu fatiguées d’avoir tenu la lentille pendant de longues périodes. L’IBIS combiné à l’OIS permet d’obtenir une combinaison de stabilisation stellaire qui garantit que le flou indésirable reste en dehors de vos images, même lorsque vous photographiez à main levée au 200 mm.

Photo de Jaron Schneider

Le 70-200 mm f/2,8 est équipé d’un moteur très silencieux et rapide, mais je dois être honnête : il est difficile de tester cette caractéristique sur le système de contraste du Lumix&rsquo. Bien que, oui, il ait été capable de suivre mes sujets assez facilement, il y a eu plusieurs fois où l’algorithme de mise au point automatique s’est embrouillé et a manqué la mise au point.

Le fait est que lorsque la mise au point est ratée, elle l’est d’un kilomètre ; lorsqu’un tir est perdu, je le sais tout de suite, ce qui est un avantage bizarre. C’est préférable à la prise de vue et à l’obtention d’images légèrement floues, parce que vous ne les remarquez qu’en revenant à votre station de montage.

Photo de Jaron Schneider

Pendant mon tournage, j’ai gardé l’OIS allumé, et chacune des images que je pensais devoir être nettes l’était.

En regardant dans le viseur, je regardais ces hoquets de mise au point se produire en temps réel, et je pouvais dire que c’était’l’objectif qui était le problème, c’était la caméra. Lorsque mes sujets ne s’éloignaient pas activement de l’appareil photo ou ne s’en approchaient pas, je n’avais aucun problème de mise au point. Ce sont des sujets en mouvement que Panasonic, et toute l’Alliance du Mont L, doivent finalement résoudre avec le futur matériel.

Photo de Jaron Schneider

La dernière chose dont je veux parler, ce sont les zones défocalisées, ou bokeh. Dans des articles récents, I’ve a parlé de la différence entre la reproduction d’images stériles mais parfaites et les images qui peuvent être techniquement défectueuses, mais plus intéressantes. Le Lumix 70-200 mm f/2,8 se situe quelque part entre ces deux points, tout en étant légèrement plus proche du côté stérile mais parfait des choses.

Il est pointu et ne présente pas de problèmes d’aberration majeurs qui me sont venus à l’esprit lors des tests.

De plus, je discutais avec le rédacteur en chef de PetaPixel, DL Cade, de ce qu’il pensait du bokeh, et je pense qu’il l’a bien formulé : “It’s agréable, mais sans caractère distinctif. La meilleure façon de le décrire, à mon avis, est presque ‘invisible.&rsquo ; Il’n’attire l’attention sur lui d’aucune façon, positive ou négative.&rdquo ;

Photo de Jaron Schneider

À mon avis, il a plus de caractère qu’un nouvel objectif Sony, mais pas au point de faire partie de ce que l’on remarque en regardant les photos. Sur certaines images, comme celle ci-dessous, il peut presque sembler légèrement tourbillonnant, une marque de fabrique de certains des objectifs les plus recherchés de Leica&rsquo.

Mais dans d’autres, c’est un peu comme si c’était juste une hélice, avec une zone défocalisée de type flou gaussien.

Photo de Jaron Schneider

I’ll vous laissera, en tant que lecteurs, décider en dernier ressort si vous aimez le bokeh de cet objectif. Pour moi, je trouve que c’est bien, et dans les vidéos que j’ai tournées avec, je l’aime vraiment.

Vue d’ensemble

Si l’on considère tous les objectifs 70-200 mm f/2.8 du marché, le Lumix est très certainement l’un des plus chers actuellement. Mais une fois que l’on sépare le DSLR et le Mirrorless, il commence à être un peu plus beau. Bien qu’il soit plus cher que tous les objectifs 70-200 mm des reflex numériques, il est en fait assez compétitif par rapport aux options sans miroir.

Le Canon’s RF 70-200mm f/2,8 L IS USM est en fait plus de 100 $ plus cher, et le Sony’s est au même prix que le Panasonic’s. Ainsi, bien que le prix de l’autocollant de 2 600 dollars peut sembler très élevé si vous n’avez pas acheté un 70-200 mm f/2,8 depuis un certain temps, il est en fait très compétitif par rapport au marché actuel.

Photo de Jaron Schneider

Ayant tourné avec les deux objectifs 70-200 mm de Panasonic Lumix’s, je pense que je préfère celui-ci à la version f/4, simplement parce que le bokeh est plus attrayant pour mon travail de portrait et de vidéo. La version f/4 est certainement un meilleur choix s’il s’agit d’un objectif de paysage ou aérien, ou si vous voulez essayer de garder le poids de votre kit aussi bas que possible, mais pour une qualité d’image pure sans compromis, I’d’aller avec cette nouvelle version f/2.8 à chaque fois.

Dans l’ensemble, je suis très satisfait de la qualité de l’objectif, et je ne trouve pas grand-chose à redire à part sa taille et son poids. Si vous’tes en train de tourner dans l’Alliance L-Mount, il semble que ce sera un excellent objectif à ajouter à votre kit.

Cet article est apparu à l’origine sur Rangefinderoù Jaron est le rédacteur en chef de la section technique.

Cet article a été rédigé par <a href="https://petapixel.com/author/jaronschneider/">Jaron Schneider</a&gt ; et traduit par LesAppareilsPhoto.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesAppareilsPhoto.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.