Menu Fermer

Film vs numérique: tournage d'un mariage à Fujifilm ACROS

Lors de mon dernier quart de travail au laboratoire de cinéma de Bondi, j'ai ramassé l'un des derniers rouleaux de film Fujifilm ACROS. Cela semblait poignant

Le produit

De retour en Australie pour mon ami Josh et Sun

Comme d'habitude, je dois mettre en place un avertissement: ce n'est pas un test scientifique. J'ai utilisé la même distance focale équivalente pour les caméras

De plus, certains de mes clichés sont pris l'un après l'autre pour donner la meilleure comparaison. Certains, cependant, je n'ai évidemment pas pu recréer, étant donné la nature d'un mariage avec un sujet en évolution rapide. En tout cas, quand il s'agit de filmer, il y a tellement de variables et de considérations à prendre en compte en matière de développement et de numérisation. Mais je présente des excuses à l'avance à tous les pédants qui souhaitent remplir la section des commentaires avec des objections sur le manque de méthode scientifique.

Pour des considérations techniques, j'ai développé l'ACROS dans Ilfosol 3 à 1: 9 pendant 5 minutes, conformément au tableau de développement massif

Comme vous pouvez le voir, le numérique manque beaucoup du contraste et du punch du film ACROS original, qui est beaucoup plus audacieux. Il est fort probable que cela permette un montage après coup, et à cet égard, je préfère de loin le rendu du film.

Cela étant dit, le numérique a évidemment une qualité bien supérieure en termes de netteté. Si je devais prendre des photos à des fins professionnelles, quelles que soient les considérations pratiques impliquées, ces JPEG numériques offrent beaucoup plus de flexibilité dans le traitement après coup (surtout si vous n'êtes pas le responsable de la numérisation).

Juste en termes de résolution, je pense que vous auriez besoin de filmer avec un appareil photo moyen format beaucoup plus volumineux et encombrant pour obtenir un résultat de film comparable à ce que le X100F peut rendre.

Dans l'ensemble cependant, je dois juste dire que je préfère juste filmer avec un film que numérique, en particulier dans des événements comme celui-ci. J'ai obtenu de meilleurs clichés en moyenne avec 36 expositions sur le produit O que sur le X100F, et c'était également dans des paramètres entièrement automatiques et parfois même sans regarder dans le viseur. Peut-être parce que j'étais plus soucieux d'attendre le moment parfait plutôt que de simplement tirer à travers une carte de 32 Go.

Pour illustrer cela, voici quelques

Bien sûr, tout se résume à la façon dont vous utilisez l'appareil photo et à la priorité que vous accordez à vos prises de vue sur votre numérique. Je pense que les moments spéciaux sont d'autant plus spéciaux si vous les obtenez sur celluloïd, et que je suis juste romantique. Mais je concède, vous obtiendrez à peu près les mêmes (sinon mieux) photos si vous aviez un appareil photo plein format en mode rafale pour capturer une image décisive. Cette

Ainsi, comme pour presque toutes les choses en photographie, cela dépend de votre préférence sur la façon dont vous photographiez et ce que vous aimez en résultat. Pour moi, c'est le plaisir et le plaisir du processus

* Un peu d'histoire sur le magnifique produit O d'Olympus: il est sorti en 1988 pour commémorer Olympus

À propos de l'auteur: James Cater est un photographe numérique et analogique, opérateur de laboratoire de cinéma et mannequin. Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l'auteur. Vous pouvez trouver plus de Cater